SINGLE CREATEUR

Henri Parent @ Ostapé

Le 31 Mai. 2015

Il ouvre l’auberge à 18 bijoux signés Porsche

A la mort de sa mère, Catherine Péré-Vergé, survenue il y a deux ans, l’un de ses trois fils, Henri Parent, releva le défi en prenant sa succession. Que du lourd : des châteaux en Bordelais, La Violette, Le Gay, sur Pomerol et  Montviel, et La Gravière en Lalande-de-Pomerol.

Ainsi que l’auberge Ostapé, qui connut bien des vicissitudes sous le règne d’Alain Ducasse, puisque la perle de Bidarray, nichée sur 45 hectares avait été victime de trois attentats à l’explosif sous prétexte qu’il était « un affairiste qui par le tout tourisme pille et folklorise le Pays basque » (communiqué de Batasuna). Dégoûté, le maître queue reprit ses casseroles et quitta le lieu maudit.

Ce qu’il faut savoir…


OstapeHenriParentEnfin, maudit, pas vraiment puisque depuis, Ostapé s’est offert une nouvelle jeunesse, sous la baguette du nouveau propriétaire Henri Parent, qui ne manque pas d’idées.

Ainsi celle d’y installer un musée dédié aux Porsche, qui sera inauguré en juillet prochain.


OstapeporschePourquoi Porsche ? Sans doute parce que ces petits bolides allemands font toujours rêver, sauf sans doute ceux qui en ont été propriétaires.

Ici, pas question de faire de l’ombre à Patrice Erviti, le concessionnaire de la marque installé dans la zone de Maignon, simplement la volonté de mettre à l’honneur dans un hall dédié de 550 m2 certains modèles mythiques qu’on ne croise plus guère sur nos routes, tels que des Spider, GT3 991, 997 et 356, 930 Turbo ou 911.


PORSCHE SPIDEREn tout 18 délicats petits bijoux mécaniques dont le plus gros modèle vaut la bagatelle de 1,3 million d’euros. Mais attention, c’est du donnant-donnant : d’un côté, Ostapé entretient les véhicules, de l’autre leurs propriétaires s’engagent à séjourner six nuits par an à l’hôtel. On sait déjà de quoi ils parleront à la veillée.


OSTAPE 2Une bonne idée, certainement, d’autant que l’auberge, comme tout lieu touristique, a besoin de clientèle et qu’elle avait dû fermer ses portes en juillet dernier pendant trois semaines, pile poil en pleine saison, pour cause d’inondations ayant détruit sa route d’accès. Une perte de 150.000 euros de chiffre d’affaires (l’équivalent d’une Ferrari Modena). En attendant, Henri vient de débourser 1 million d’euros rien que pour son musée Porsche.

Preuve qu’il croit en l’avenir d’Ostapé et à la curiosité des amateurs de belles cylindrées.

Un commentaire au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *