INDEX

La LGV s’invite aux Présidentielles

Le 10 Avr. 2017

Les lignes ferroviaires à grande vitesse au Sud de Bordeaux sont en panne, aussi les élus interpellent les candidats à l’Elysée

La semaine dernière la plupart des responsables politiques du Grand Sud-Ouest ont demandé une mise en service de Toulouse-Bordeaux en 2024 et Bordeaux-Dax en 2027, comme cela avait été programmé.


Carole Delga président de l’Occitanie, Alain Rousset, président de la Nouvelle Aquitaine, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Alain Juppé, maire de Bordeaux, et d’autres élus du Grand Sud-Ouest ont signé une lettre pour exiger l’application de ce calendrier décidé par le gouvernement le 23 octobre 2013.

Alors que l’ouverture de la LGV Tours-Bordeaux approche, et que l’on mesure déjà l’importance des retombées pour la métropole girondine, Toulouse et les villes du bassin de l’Adour ont du mal à accepter que soient mis aux oubliettes les prolongements de la ligne vers la Ville rose ainsi que vers les Landes et le Pays basque.


Les élus souhaitent que l’interconnexion des principales ville du Grand Sud-Ouest soit inscrite dans la priorité de l’État et du prochain gouvernement. Seront-ils entendus ?

Il faut rappeler que, si la LGV doit permettre d’aller plus vite vers Paris ou l’Espagne, un enjeu majeur est également de rapprocher Bordeaux et Toulouse, de Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne, Hendaye, Pau, Tarbes… En pouvant se rendre très rapidement d’un bout à l’autre du Grand Sud-Ouest, il se créera une nouvelle dynamique tant au niveau de l’emploi, que de l’activité économique et touristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *