INDEX

Daguerre sort un objet non identifié

Le 13 Mar. 2017

Un livre-disque intitulé « La nuit traversée » : sensuel, envoutant, talentueux. Un chanteur qu’il serait temps de découvrir

Question à un franc, enfin à un euro : quel est l’artiste français, totalement oublié des grands médias, qui a partagé la scène avec Zazie, Marc Lavoine, Mickey 3D, Blankass, Aldebert, Bertignac, Benabar, les Têtes raides, Saez ou son ami et mentor Francis Cabrel ? Si vous répondez sans hésiter : Daguerre, vous aurez bien mérité votre franc, enfin votre euro. Pour les autres, qui ne le connaissent pas, voici quelques repères.


Olivier Daguerre a passé son enfance et son adolescence (il a aujourd’hui 49 ans) entre la Gironde et le Pays basque, mais à ses dix-huit ans, il monte à Paris afin de s’immerger dans le milieu artistique alternatif. Il s’y découvre une vocation d’auteur – compositeur – interprète en fondant le groupe « Les veilleurs de nuit », qui publiera trois albums avant de se séparer en 1999.


De retour au Pays basque, il sort six ans plus tard, sous le nom de Daguerre, son premier album autoproduit, « Ici, je », suivi, après sa participation aux Rencontres d’Astaffort chères à Cabrel, d’un album, « O Désirs ». D’autres vont suivre, avec en particulier une chanson « Notre amour était presque parfait » qu’il interprète chez Nagui, à Taratata.


Toujours lié artistiquement à Francis, il participe à son spectacle pour petits « L’Enfant-Porte » et interprète même une chanson avec lui, « Carmen » (superbe, voir la vidéo), sur un texte de Théophile Gautier. Voilà pour le passé.

Car aujourd’hui, il sort son sixième album, sous la forme d’un livre-disque, édité chez LamaO Editions, intitulé « La nuit traversée », neuf chansons inédites transpercées par le récit de l’écrivain Mély Vintilhac et les dessins de l’illustrateur Sarane Mathis. C’est donc pour une fois en librairie que vous le trouverez, et pas dans les bacs, comme d’hab.


Ecoutez-le. La voix est sensuelle, posée. Les textes beaux et poétiques. La musique rappelle le meilleur de Leo Ferré. Une révélation ? Il était temps ! N’oubliez pas son nom : Daguerre.


 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *