INDEX

Le Pic d’Ossau modélisé avec une précision diabolique

Le 14 Avr. 2017

Plus de 1.500 clichés pour dessiner une extraordinaire réplique en 3D, accessible à tous : juste un « cadeau » des géomètres experts

C’est un joli cadeau que l’Union nationale des géomètres experts fait au Béarn, à l’occasion de ses soixante-dix ans. Non, pas une médaille pieuse ou un splendide objet d’art. Mais bien une réplique en 3D du pic du Midi d’Ossau et ses 2.883,84 m d’altitude, que le public en transes peut d’ores-et-déjà admirer (voir ci-dessous). On raconte.


ossau-3d-2Sur le papier, et surtout en pratique, l’entreprise n’avait rien d’aisé : marquer les points GPS sur près de 400 hectares, appréhender les 800 mètres de dénivelé séparant le refuge de Pombie, près du col du Pourtalet, et le pic.

Pour la mener à bien, ont été contactées trois sociétés de la filière des drones civils afin de cartographier l’ensemble avec une résolution variant de 5 à 10 centimètres par pixel. Le tout sous la coordination de Jean-Pierre Labourdette et de Michel Arrayet, pour l’Ordre des géomètres-experts.


ossau-3d-6Ainsi l’entreprise parisienne Aeromapper, qui conçoit et opère des drones à longue endurance et long rayon d’action, avec à son bord un appareil photo numérique de 24 millions de pixels, équipé d’une focale de 19 mm.

Cette méthode a permis de localiser les différentes zones problématiques du massif, tels les surplombs rocheux non visibles en prises de vue verticales, et de procéder à l’enregistrement de plus de 1.500 clichés, à 3.000 m d’altitude.


ossau-3d-4Commencés en octobre 2015, puis interrompus à cause des aléas climatiques, les travaux ont été menés à bien fin 2016 sur le pic à la forme de dent, après cinq vols réalisés en seulement deux jours. Une performance, d’autant qu’il est plus facile de mesurer les plaines de la Beauce qu’un pic rocheux.

Plus de 600 heures de calcul (par ordinateur) ont été nécessaires pour interpréter cette multitude de photos et mesures. Le résultat est à la hauteur de la performance, avec une modélisation d’une précision diabolique. Chapeau !

Voir ci-dessous


ossau-3d-7A quoi, au-delà de l’exploit des géomètres-experts, va servir cette prouesse ? Les applications seront nombreuses et devraient se dévoiler au fur et à mesure. On pense naturellement à la recherche de blessés en montagne ou au suivi de l’évolution « physique » du massif au fil des siècles. Mais cette numérisation 3D sera également précieuse pour préparer les voies d’escalade de nouste « Jean-Pierre ».

A propos, la « première » a eu lieu le 19 août 1790 par un berger aspois, sans cartes, et sans GPS.

Respect !


Le Pic du Midi d’Ossau sous toutes ses coutures…


 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *