INDEX

Norah Jones attendue pour le 40ème JIM

Le 07 Fév. 2017

Si la programmation 2017 de Jazz in Marciac n’a pas encore été dévoilée, c’est bien la méga star américaine qui sera la tête d’affiche. Voilà un bel anniversaire !

Rubriques :

Oui, y’a le temps. Large même, puisque le concert est annoncé pour le 28 juillet. Mais étant donnée la notoriété de l’artiste, on a tout intérêt à se ruer au plus tôt au guichet. Car, roulement de tambour, lever de chapeau et ébahissement ici et là, Mesdames & Messieurs, c’est sa Majesté Norah Jones qui va mettre le feu à l’Astrada.


Une tête d’affiche idéale pour souffler les 40 bougies de Jazz in Marciac. Pour mieux vous la faire connaître, quoique vous soyez très certainement incollable sur le thème Jones, voici quelques repères. Merci ? Non, faut pas.

Norah est effectivement la fille de son père, un cas assez répandu dans le monde. Sauf que celui-ci n’est autre que Ravi Shankar, le célèbre joueur de sitar indien, qu’on vit introduire des sons inhabituels dans les compositions de feu nos Beatles, les puristes n’avaient pas apprécié. Son premier album (de Norah) Come Away with Me, a été vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. On la voit ensuite chanter avec Ray Charles sur Here We Go Again qui obtient les titres de meilleur duo et meilleure chanson de l’année 2004. Ou avec le pas encore nobélisé Bob Dylan sur I Shall Be Released.


Depuis, elle a vendu plus de 40 millions d’albums dans le monde et a reçu 8 Grammy Awards. Elle s’est aussi lancée dans le cinéma, dans My Blueberry Night, aux côtés de Jude Law et Natalie Portman, une expérience qu’elle ne renouvèlera qu’une fois, dans Ted, de Seth McFarlane, étant manifestement plus à son aise sur une scène que sur un plateau. La preuve, son dernier album, intitulé Day Breaks, un petit régal. Sa présence à Marciac est exceptionnelle, car son « Tour » 2017 ne comprend que des sites importants : Nashville, Tokyo, Seoul, Honolulu, le Palais des Sports de Paris (le 11 juillet) ou Berlin, entre autres. Ce qui prouve que la petite ville gersoise a tout d’une grande, comme disait la pub.


De la programmation 2017 de Jazz in Marciac, on ne sait officiellement rien, même si notre petit doigt nous susurre (essayez de faire la même chose, ce n’est pas facile) qu’on pourrait bien voir cette année à l’Astrada Ibrahim Maalouf, Herbie Hancock, George Benson, Gregory Porter, Roberto Fonseca et Chucho Valdés.

Une sacrée belle affiche pour un quarantenaire en pleine forme, et puis un gâteau apporté par Norah Jones, chantant Happy Birthday façon Marilyn, ce serait superbe, n’est-il pas ?


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *