INDEX

L’Esap ouvre ses portes à Pau et Tarbes

Le 10 Mar. 2017

Rendez-vous à l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées. Artistes, créateurs, designers en herbe, ceci est pour vous !

Rubriques :

Le 11 mars, toute la journée, profitez des ateliers, des rencontres avec l’équipe pédagogique et des étudiants (anciens ou actuels), et Clothilde Darcel à Pau ou Béatrice Darmagnac à Tarbes. Chapeau, les artistes !


On doit la très belle affiche des Portes Ouvertes de l’Esap (Ecole supérieure d’art des Pyrénées) Pau-Tarbes annonçant les Portes Ouvertes le 11 mars 2017 à Cheng Luo et Laetitia Bouabdallah, toutes deux étudiantes en 3ème année Design graphique Multimédia à Pau. Histoire de montrer ce qu’on est capable de produire quand on est formés à cette école.

Design, création, vous avez une âme d’artiste ? Alors l’Esap est pour vous. Une école à part, sur deux sites, largement encouragée et stimulée par les maires des deux villes respectives, Gérard Trémège à Tarbes, François Bayrou à Pau. Et de la (bonne) volonté naît aussi la réussite.


Tout au long de la journée du 11 mars, vous pourrez être accueillis par l’équipe pédagogique, mais aussi rencontrer les étudiants déjà engagés dans les formations, visiter les ateliers, voir les travaux réalisés, acheter du café ou des gâteaux, des sérigraphies et des productions réalisés par les étudiants. Pour les amateurs, les ateliers pratique seront ouverts sur les deux sites toute la journée.

Surtout, vous pourrez rencontrer des anciennes étudiantes. A Pau, ce sera Clothilde Darcel, Designer graphique, diplômée DNSEP en juin 2016 qui viendra à votre rencontre, à 11 heures. Et à 15 heures, à Tarbes, c’est Béatrice Darmagnac, également diplômée DNSEP mais en juin 2010, artiste, qui fera partager son expérience et son parcours.


Parce qu’à l’ESAP, tout est question d’ouverture. D’esprit et d’art. Les échanges sont nombreux, certains étudiants voyagent à l’étranger, y exposent, et l’on reçoit aussi des artistes d’ailleurs. Le diplôme de design graphique multimédia est d’ailleurs… franco-polonais ! L’art ne connaît pas de frontières. Pourvu que ça dure… Ici, on fait tout pour… (et ne pas donner de l’art aux cochons, ok, on connaît la sortie !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *