INDEX

La ville rose abrite l’algue bleue, avec Kyanos

Le 17 Fév. 2017

La start-up toulousaine mise la magique et rare AFA qui pourrait nourrir l’humanité à horizon 2050. Rien que çà !

Rubriques :

L’algue bleue ne se trouvait jusqu’à présent qu’en Oregon, au bord du Lac Klamath. Mais grâce à Kyanos, elle va être produite en masse à horizon 2018. Cerise sur le gâteau, sa production d’oxygène permet de lutter contre le réchauffement climatique. Tout bien, l’algue bleue qui fait voir la vie en rose !


La même rengaine ! Vous sortez de chez le toubib, auquel victorieux(se), vous avez annoncé vouloir suivre un régime vegan pour éviter la souffrance animale en ce bas monde, et vous avez récolté… les hauts cris ! Sans parler de votre mère ! Et que tu vas manquer de tout, et que tu vas être en carence, et que c’est du suicide nutritionnel, et bla, bla, bla, bla… Jusque-là, seule alternative aux griefs du toubib et de môman, vous supplémenter en Spiruline aux vertus relatives.


Sauf que, sauf que, comme vous êtes un/une PresseLib Addict, vous avez déjà la réponse à leur préoccupation, ma foi légitime. Et cette réponse vous vient de la start-up toulousaine Kyanos. Eux, développent la magique et rare Algue bleue, ou l’AFA pour les intimes. Aux vertus bien supérieures à la spiruline.

Jusque-là, il fallait aller courir au bord du Lac Klamath en Orégon pour les trouver. Ou remonter dans le temps et l’histoire, chez les Aztèques du Mexique, où les algues bleues du Lac Texcoco étaient séchées avant de devenir des biscuits secs appelés Tecuitlatl, signifiant « excréments de pierre ».


Comme « Retour vers le futur » n’est pas encore au point, et que le billet d’avion pour l’Oregon coûte cher, vous alliez, de guerre lasse, abandonner votre projet vegan. C’est là que Kyanos a débarqué pour vous sauver. Avec le tout premier laboratoire mondial, à Toulouse, qui cultive l’AFA ou micro-algue bleue, si riche en protéines (végétales, pardi), en vitamine C et B12 (la fameuse qui manque à tous les régimes des végétaliens), et même des antidépresseurs naturels.


Accessoirement, même si l’on n’est pas vegan, l’AFA pourrait bien aider à alimenter l’humanité entière à l’horizon 2050 où nous devrions être la bagatelle de 10 milliards d’humains à faire becqueter !

Pour l’instant, l’AFA coûte bonbon (1 euro le gramme, soit le prix du… caviar, ça fait chérot la protéine !) mais en s’installant à la pépinière biotechnologique de l’Oncopole, Kyanos prévoit de produire 200 tonnes par an à partir de 2018, ce qui devrait sérieusement réduire le prix de revient de l’algue bleue magique.


Et cerise sur le pompon, l’algue bleue produit tellement d’oxygène qu’elle pourrait pallier le réchauffement climatique. Alors toubib, on râle moins, non ? Maman, on abandonne l’idée, elle trouvera toujours une bonne raison de râler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *