INDEX

Le surf à la Chambre d’Amour, tout un festival !

Le 12 Juil. 2019

A Anglet, une vingtaine de films indépendants est dévoilée au cours de projections gratuites : une sorte de Festival de Cannes amateur pour mordus de la glisse…

Le festival international du film sur le surf a lancé sa 16e édition. Jusqu’au 13 juillet, les meilleur des documentaires et courts métrages autour du surf sont proposés à tous. Que du plaisir !


Des réalisateurs, des films, des projections, des récompenses, un jury… On s’y croirait presque… sur la Croisette. Bon d’accord, c’est un autre genre, un tout autre style, moins guindé, plus sportif sur fond de tubes et dans un cadre magique.

Créé en 2004, ce festival avait initialement lieu à Saint-Jean-de-Luz. Ce n’est qu’en 2010 qu’il posa définitivement ses valises à la Chambre d’Amour : « Ce festival prend tout son sens à Anglet, car il a lieu sur la plage, dans un espace ouvert sur l’océan », souligne Bruno Delaye, l’organisateur de l’événement.

 


Ce passionné de cinéma et de surf est à l’initiative de ce projet : « il n’y avait pas vraiment de vitrine pour les courts-métrages dans cette discipline. J’ai voulu en créer une pour qu’elle touche le plus de personnes possible ». C’est dans cet objectif que l’ensemble du festival est ouvert à tous.

« Montrer des films que le public n’a pas l’habitude de voir » est l’autre finalité de cet événement. Ce rendez-vous angloy s’est imposé au fil des éditions comme le festival de référence pour tous ceux qui filment le monde de la glisse. Il met en avant la créativité, l’esthétisme et le talent artistique des films de surf, et participe à la reconnaissance professionnelle de cette industrie.


21 films sélectionnés…

« En quinze ans, le format du festival n’a pas changé. Les films projetés racontent de belles histoires, avec de belles images et un niveau de production élevé », affirme Bruno Delaye. « Je reçois une soixantaine de films chaque année et en sélectionne une vingtaine pour le festival en fonction du travail d’écriture, du montage, des plans… J’espère que chacun pourra trouver son film coup de cœur lors de cette 16e édition ».

Ainsi, 11 documentaires, 6 courts métrages et 4 longs-métrages ont été retenus. Même s’ils abordent tous le monde de la glisse, ces films ont un relief particulier, tels que : « Yann », de Thomas Szczepanski, un documentaire sur un jeune autiste de 11 ans qui surf ; « White Rhino », de Brent Storm qui raconte les histoires parallèles des surfeur de grosses vagues et des photographes qui sont les témoins du plus gros ride jamais vu…


Des professionnels comme jury…

Les six membres du jury sont placés sous l’autorité présidentielle de Takuji Masuda, figure américano-japonaise du longboard pro, devenu journaliste et producteur. Ce jury est composé de personnalités internationales reconnues dans le monde de la glisse.

 


Manon Meyer-Hilfiger

Ainsi, Caroline Sarran, la jeune angloise s’est hissée à la 15e place du classement mondial de surf en 2007 et travaille maintenant chez Rip Curl. David Treku, l’ancien champion de cesta punta est aujourd’hui animateur du club des nageurs sauveteurs de Seignosse. Manon Meyer-Hilfiger, journaliste, a relié la Grèce à la Chine en vélo (15.000 km) en suivant la route de la soie.

 


Vincent Kardasik

Vincent Kardasik, le documentariste a réalisé « Belharra meets Hercule » et « Vagues à l’âme ». Le réalisateur d’images d’action et aquatiques de haute qualité́ est devenu le pionnier du cinéma digital dans les sports extrêmes.

 


Franck Lacaze

Franck Lacaze, surfeur et journaliste angloy est l’un des meilleurs shortboarders français des années 1990. Pierre-Olivier Coutant, professeur de surf né sourd, trois fois champion du monde handisurf dans cette catégorie et responsable de l’école Pierrot Surf School.

Informations sur le site du festival – cliquez ici

.


Téléverser des fichiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *