INDEX

Le grand retour de l'agneau de lait en mode drive

Le 20 Nov. 2020

Après une première opération réussie, les producteurs du piémont ont décidé de relancer la mise à disposition de ce produit emblématique des Pyrénées avec son volet solidaire…

Depuis ce 12 novembre, le drive de l’agneau de lait des Pyrénées est donc de retour. Il sera l’occasion de soutenir les éleveurs, mais aussi le personnel soignant. La formule est conservée, et des nouveautés sont même à signaler.


Dans ce contexte plus que compliqué, les quelque 700 éleveurs de 3 coopératives des Pyrénées-Atlantiques (Coopérative Agricole Ovine du Sud-Ouest à Idaux-Mendy, Axuria à Chéraute et Alliance Ovine Basco-Béarnaise à Oloron) ne restent pas inactifs et ont uni leurs forces pour proposer un service de « drive géant », comme au printemps dernier. Il peut s’appuyer sur une quarantaine de points de livraison dans le 64, avec quelques extensions dans les Landes et la Gironde.

D’ici peu, grâce à un partenariat avec Chronofresh, l’agneau de lait des Pyrénées sera disponible à la livraison chez soi, partout en France. Mais en attendant, les livraisons continuent d’être assurées par les fermiers. Les consommateurs peuvent ainsi retirer leurs commandes à une distance raisonnable de chez eux, auprès des camions frigorifiques qui sont installés sur les parkings de commerces.


Comme lors de sa première édition, les producteurs vous proposent d’acheter des caisses d’agneaux entiers de 6,5 kg minimum. Mais petite nouveauté en cette fin d’année, la possibilité de n’acheter qu’une demie bête.

Ces dernières sont bien évidemment emballées sous vide, permettant une bien meilleure conservation, et optimisant la congélation. Chaque colis est composé de gigots, d’épaules et de carrés de côtes.

Ce qui fait aussi la particularité de ce drive, c’est son volet solidaire : pour chaque vente, 1 euro est mis de côté pour le personnel soignant. Ainsi, durant la première opération, 3.044 euros ont été reversés aux hôpitaux de Bayonne, Mauléon, Oloron, Pau et Saint-Palais.


C’est une initiative capitale pour toute la filière de l’agneau de lait, qui souffre plus que jamais de la fermeture des restaurants. Labellisé IGP et Label Rouge, ce produit, dont la chaire rose et le goût tendre séduit les plus grands chefs français, est saisonnier, et ne peut donc pas être reporté à une période moins délicate, hors confinement.

L’agneau de lait reste « un poumon de l’économie locale », et cumulée à celle de leur lait non récupéré, la perte de ces agneaux pourrait coûter 3,8 millions d’euros aux acteurs de cette filière d’excellence.


Ce produit de choix est une excellente affaire en ce moment. Il faut normalement compter au moins deux euros de plus en boucherie, et parfois même davantage en passant par les circuits de distribution ordinaires. Avec de bons produits du terroir comme ça, on ne résiste pas !

Plus d’informations – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *