INDEX

Jazz in Marciac, c’est parti pour une programmation royale

Le 25 Juil. 2019

Après Sting, place à Gregory Potter, Wynton Marsalis, Mammal Hands, Amaury Faye Trio, Donny McCaslin, George Benson, Paul Lay “Deep Rivers”, Kimberose, Beth Hart…

Rubriques :

Jusqu’au 15 août, Marciac redevient l’incontournable village « so Frenchy » planétaire du jazz, et autres musiques afro-américaines, pour accueillir des dizaines de milliers d’amateurs venus à la rencontre des plus grands musiciens internationaux, sans se départir de la douceur estivale des vallons gersois.


Que l’on déambule dans les ruelles festives ou autour de la place de la mairie au son des groupes qui assurent l’animation en continu, que l’on se presse vers l’Astrada ou le chapiteau pour assister aux concerts d’exception, la musique y est omniprésente pour réjouir cœurs et corps.

Lors du festival Jazz In Marciac, le temps n’a plus la même valeur, on vit tout simplement  au rythme de l’été musical, porté par le bonheur ambiant.

Un bonheur taille XXL dès l’ouverture ce jeudi, avec la présence de Sting, suivi d’une kyrielle de reines et rois venant fouler la scène d’un chapiteau devenu mythique.


Au menu, vendredi 26 juillet

21h – Gregory Potter, quelque part entre Nat King Cole et Marvin Gaye, une voix exceptionnelle, un style hérité du gospel aussi bien que des crooners ou de la soul – chapiteau

 


23h – Wynton Marsalis plays Dizzy Gillespie & Charlie Parker’s music, habitué de Jazz in Marciac dont il est devenu le parrain, il a toujours eu à cœur d’y présenter un programme original et spécial, avec comme invitée Veronica Swift – chapiteau

.


 


Samedi 27 juillet

21h – Mammal Hands, la révélation britannique qui surfe sur les musiques nées en Inde du nord ou au fin fond de la lande anglaise – L’Astrada

22h30 – Donny McCaslin, marqué par sa collaboration avec David Bowie sur l’ultime album de ce dernier, il porte très haut un jazz digne des grands héros du genre – L’Astrada


21h – Amaury Faye Trio, ce jeune groupe, soutenu par le Festival de Marciac, interprète une musique personnelle dont la créativité séduit – Chapiteau

23h – George Benson, Remembering Chuck Berry And Fats Domino, disciple de Grant Green et de Wes Montgomery, c’est un guitariste majeur de l’histoire du jazz – Chapiteau

.


 


Dimanche 28 juillet

21h – Paul Lay “Deep Rivers”, avant-première : voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Jazz, folk, blues sublimement mêlés – L’Astrada

22h30 – Marc Berthoumieux, « Le Bal Des Mondes » est une révérence à toutes les musiques du monde, celles qui font danser, celles qui incitent au voyage – L’Astrada


21h – Kimberose, si jeune et déjà sacrée « Diva de la soul »! Sa voix, exceptionnelle, rappelle immanquablement celle de Billie Holiday, Nina Simone ou Amy Winehouse – Chapiteau

 


23h – Beth Hart, sorte de Janis Joplin des temps modernes, la chanteuse est reconnue dans le monde entier comme l’une des plus grandes voix “live” d’aujourd’hui – Chapiteau

.


Informations sur le site internet – cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *