Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER PresseLib'

Adresse e-mail * :
Code postal * :
INDEX

Relevez le défi de la mobilité !

Le 17 Sep. 2018

« Au travail, j’y vais autrement », c’est le slogan de ce Challenge qui mobilise les entreprises, mais aussi les associations et les administrations…

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », la phrase de Jacques Chirac, président de la République, a été prononcée le 2 septembre 2002, à l’occasion du 4éme sommet de la Terre, à Johannesburg, est malheureusement toujours d’actualité. Mais au-delà de ce constat, comment réagir ?


La prise de conscience se met en place, mais peut-être pas assez rapidement. Voilà pourquoi l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) amène sa pierre à l’édifice pour tenter de changer les mauvaises habitudes en matière de transport au travers du Challenge de la mobilité.

Que celui ou celle qui ne râle jamais à cause des bouchons lève la main ! Pas de réaction ? Et pour cause… tous autant que nous sommes rouspétons au volant quand on se retrouve dans un embouteillage. Mais à y regarder de plus près, reconnaissons que nous sommes bien souvent coupables que victimes.


C’est en partant de ce constat que l ‘Ademe organise ce Challenge de la mobilité Nouvelle-Aquitaine avec pour slogan : « Au travail, j’y vais autrement ».

La 8éme édition se déroule jusqu’au 22 septembre. Elle est destinée aux entreprises, aux administrations voire à des associations pour qu’elles incitent leurs collaborateurs à utiliser des alternatives à la voiture individuelle. Elles sont nombreuses : le covoiturage, les transports en commun, le vélo, le roller, la trottinette ou encore le télétravail.

Quelques chiffres pour ceux qui douteraient du bien fondé de cette initiative. En région, 78% des actifs utilisent leur véhicule comme mode de transport individuel pour leur trajet domicile/travail avec un taux d’autosolisme frôlant les 100%. En effet ; chaque voiture transporte en moyenne 1,03 personnes sur ce genre de trajet.


Parlons donc finances… le coût de déplacement en véhicule individuel est très significatif : il est estimé à environ 6.000 euros par an. On devine le potentiel d’économies possibles.

Parlons aussi sécurité. Le risque routier est réel. En 2016, sur les seuls déplacements domicile/travail on a enregistré 89.000 accidents, causant 250 décès.

Parlons enfin de pollution et de santé. En France, on estime que l’exposition aux seules particules fines est à l’origine de 48.000 décès prématurés chaque année. Et avec 56% des émissions nationales en 2015, le transport routier est considéré comme le principal émetteur de NOx oxydes d’azote) et de particules fines.


Face à ces constats, la mobilisation se met en place. Villes, agglomérations, intercommunalités, entreprises et associations s’y associent. Ainsi, dans les Pyrénées-Atlantiques, les communautés d’agglomération Pau Béarn Pyrénées et Pays Basque, les communautés de communes du Haut Béarn et de Lacq Orthez, sans oublier les chambres consulaires, veulent sensibiliser les entreprises et leurs collaborateurs.

Même chose dans les Landes, où les agglomérations du Grand Dax et du Marsan, ainsi que la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud sont impliquées.

Pour cette 8éme édition, plus de 500 entreprises sont inscrites. Chacune de ces structures mobilisées contacte des entreprises pour expliquer le but du Challenge de la mobilité. Ensuite, il lui suffit de se rendre sur le site nouvelle-aquitaine.ademe.fr et remplir un formulaire d’inscription.


Chaque salarié volontaire rédige alors sa « feuille de route de la semaine ». Exemple : d’habitude, je vais au bureau seul en voiture. Maintenant, j’ai trouvé 2 collègues pour faire le trajet. Du coup on partage les frais. Ce qui fait qu’on économise et on fait un petit effort en faveur de la planète.

Au final, l’entreprise remonte toutes ces informations à l’Ademe qui établit un classement et récompense les lauréats. Mais plus qu’un cadeau symbolique, ou l’intérêt de participer à un challenge inter-entreprises, il s’agit de mobiliser les bonnes volontés pour adopter un comportement responsable en matière de transports. Et si possible d’une façon quotidienne.

Sacré challenge.


 

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Bien sûr, c’est formidable, des vélos à la place des autos, mais si on s’occupait aussi de ces mirages qui ce matin encore tournent et retournent à basse altitude au-dessus de nos têtes ( commune de Bats-Tursan, dans les Landes ) et ce, presque tous les jours… Cette pollution là ça rapporte à l’état, mais c’est Énorme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *