INDEX

Le Tour du Piémont Pyrénéen 2019 s’annonce grandiose

Le 05 Juil. 2019

Avancée à ce weekend, la course cycliste accueille un plateau exceptionnel avec 23 formations. Pour les passionnés de vélo et de belles courses, c’est l’événement…

Rubriques :

Depuis sa création en 2007, le tour du Piémont Pyrénéen a été obligé de se positionner sur la deuxième quinzaine d’août. Pas idéal comme période, car elle se place à la fin de la saison sportive.


Les meilleurs coureurs sont en transition vers le secteur pro, occupés par le Tour de l’Avenir ou encore le championnat de France des moins de 23 ans, s’ils ne sont pas blessés.

Mais, cette année, la tenue du G7 à Biarritz troublé le calendrier. « La Préfecture n’allait pas autoriser la tenue d’une course lors du sommet et on ne pouvait pas mobiliser autant de personnel de sécurité que pendant les éditions précédentes. Par chance, l’arrêt du Tour du canton de Mareuil, en Dordogne, nous a permis de nous positionner sur ce créneau [du 5 au 7 juillet] », explique Pascal Baudron, le responsable administratif du Tour du Piémont Pyrénéen. Cette nouvelle période, bien plus favorable aux organisateurs, est désormais officiellement attribuée au Tour du Piémont Pyrénéen.


« Un plateau incroyable »…

« Sportivement, cela change tout : début juillet, les coureurs sont encore motivés et en pleine forme », souligne Pascal Baudron. « Nous aurons une édition exceptionnelle cette année, avec un plateau incroyable, des équipes de grandes qualités ».

Avec 23 formations au départ de Lacq, vendredi, le peloton aura effectivement belle allure.

 


Cette 13e édition accueillera six des 20 formations de DN1, dont Rouen, Aix, La Creuse et Loudéac, qui comptent parmi les meilleures, et sept équipes de DN2 (dont Aubervilliers). Le plateau ne sera pas seulement composé d’équipe françaises puisque trois formations Espagnoles, deux Belges (dont la meilleure équipe belge amateur) et l’équipe de l’UCI (regroupe les meilleurs coureurs des petites nations) seront également présentes. « Un plateau d’une qualité encore jamais vue sur ce Tour », assure Pascal Baudron.


Le Béarn du nord au sud…

« Nous avons un terrain de jeux exceptionnel. Nous voulions faire un mix entre les courses de montagnes, celles de plat et permettre aux participants de découvrir le territoire ». Le contrat est rempli, car la première étape se situe au nord du Béarn, la deuxième au sud et la troisième à l’est. Le parcours de l’édition 2019 promet un beau spectacle.

« La première étape réserve une petite surprise aux coureurs, avec un mur et un passage à 25% à 3 km de l’arrivée à Biron. L’ascension du Soulor et de l’Aubisque, samedi, mettra à rude épreuve les coureurs. Le dimanche, l’enchaînement des côtes de Cuqueron-Gan-Baleix avant l’arrivée finale à Bosdarros ne sera pas de tout repos », promet Pascal Baudron.


Vendredi, 1ère étape : Lacq-Biron (89 km), départ à 9h25, arrivée vers 11h30.

 

 


Vendredi, 2ème étape : Lacq-Lacq, contre la montre par équipes (12,6 km), premier départ à 16h, dernière arrivée vers 17h45.

 

 


Samedi, 3ème étape : Castet-Laruns (143,8 km), départ à 12h55, arrivée vers 16h50.

 


Dimanche, 4ème étape : Maubourguet-Bosdarros (153,8 km), départ à 10h50 ; arrivée vers 14h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *