INDEX

Entreprise d’ici - Le groupe basque Castillon poursuit son expansion

Le 26 Fév. 2020

Basé à Saint-Palais, il vient de faire sa 7ème acquisition en moins de 20 ans : Arcas, première entreprise générale du bâtiment sur le Bassin d’Arcachon. Une habile opération…

Le Groupe Castillon fait d’une pierre 3 coups : il grandit encore en Gironde, acquiert une expertise dans la construction de villas de prestige et va franchir le cap des 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.


Lorsqu’en 1964, Pierre Castillon créa sur Saint-Palais une entreprise spécialisée dans les travaux agricoles et la location de machines, il n’imaginait peut-être pas que sous l’impulsion de son fils Arnaud, son affaire se muerait progressivement en groupe de plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires couvrant toutes les spécialités du BTP.


C’est pourtant bien ce qui est en train d’arriver, puisqu’en décembre 2019, l’entreprise basque a acquis Arcas, société du bâtiment basée à Lège-Cap-Ferret et spécialisée dans la construction de villas de prestige. Cette PME de 70 salariés (pour 18 millions d’euros de chiffre d’affaires) est entrée dans le giron de Castillon suite au rachat des parts de Pascal Guy, qui l’avait reprise avec Joaquim Pereira en 1999.

Après le départ en retraite de ce dernier, Pierre-Emmanuel Deschamps avait intégré l’équipe de direction d’Arcas en 2015. Il restera en place et continuera de piloter la société, dont il demeure actionnaire. Avant l’opération, le Groupe Castillon pesait 85 millions d’euros (dont une douzaine pour l’entité originelle Castillon TP). Il employait 440 personnes à fin 2019.


20 ans d’acquisitions bien pensées…

Ce rachat est le 7ème depuis la création, en 2000, de la holding Castillon, point de départ d’une savante politique de croissance externe ciblant aussi bien de nouvelles spécialités que de nouvelles zones d’influence. Après Marsol à Morlaàs en 2000, Saramite à Mérignac en 2003, Dubos et BAB TP à Anglet en 2005 et 2009, Castillon avait racheté en 2014 Lapix Bâtiment, à Saint-Jean-de-Luz, une grosse opération qui avait quasiment fait doubler le groupe de volume autant qu’il l’avait recentré sur la construction de bâtiments, l’entreprise de Saint-Palais ayant jusque-là étendu ses capacités dans la voirie et les réseaux divers (électricité, gaz, etc.), le terrassement, l’assainissement ou le revêtement et les enrobés.

Après le rachat de Lapix (120 personnes, 27 millions d’euros de chiffre d’affaires), le Groupe Castillon avait embrayé sur la création d’une agence à Dax en 2016, avant de s’y payer deux ans plus tard l’entreprise TNT, spécialisée dans le terrassement de grande masse et le concassage mobile.


La société Arcas a été créée en 1930 dans le Lot-et-Garonne, avant de migrer sur le Bassin d’Arcachon au milieu des années 60. Grâce à ce rachat, la société présidée par Arnaud Castillon étendra donc son emprise géographique en Gironde, et ceci en s’offrant cette nouvelle expertise dans les villas de prestige, un créneau porteur alors que la demande de logements explose le long du littoral atlantique.

Apparemment, les valeurs du groupe familial basque ont beaucoup compté dans la transaction, puisque Pascal Guy, 58 ans, avait auparavant décliné plusieurs propositions de rachat. Castillon mise notamment sur l’autonomie laissée aux dirigeants de ses filiales.


Parmi les derniers grands chantiers des entités du groupe saint-palaisin, on peut citer les Terrasses de l’Avenue à Anglet et l’Herriko Bihotza de Saint-Pierre-d’Irube, logements et commerces livrés en 2017, ou bien encore le parking et le taxiway de l’aéroport de Biarritz il y a deux ans. Mais le Groupe Castillon, lui, n’a visiblement pas encore fini de se construire !

Plus d’informations sur le site internet groupecastillon.fr

 

 

Un commentaire au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *