INDEX

Sur la route du Tour, le marbre de l’Espiadet

Le 11 Juil. 2016

En Bigorre, ce petit coin de Payolle qui fait partie de l’histoire de France avec ses roches couleur rouge pourpre

Rubriques :

Sans étonnement, les coureurs du Tour sont passés à toute vitesse dans la vallée du Haut-Adour avant de monter le col d’Aspin et de faire étape à Payolle. Normal, ils ne sont pas là pour faire du tourisme, eux ! Même pas un œil devant ce qui fait la fierté de la région : le fameux marbre de l’Espiadet. Et Jean-Paul Ollivier n’est plus là pour nous raconter son histoire.

On va le faire à sa place…


MARBRE ROUGERemontons au temps d’Astérix, ou du moins, à celui des Romains. Quand Bagnères-de-Bigorre se dénommait « Vicus aquensis » et que les murs de ses thermes étaient décorés de marbre, exploités dans la région, à l’Espiadet. Quant à sa couleur rouge pourpre, qui lui vaut le surnom de « griotte », elle serait due au sang des batailles romaines. E si non é vero… Il est vrai que l’on retrouve dès le IIe siècle du marbre de l’Espiadet à Rome, bien que le pays possède quelques carrières exceptionnelles, dont Carrare.


MARBRE ESPIADET 2Naturellement, la renommée de la pierre va parvenir à la cour de France. D’autant plus facilement qu’Henry de Navarre va devenir Henry IV, mais c’est le Roi Soleil qui lui accordera ses lettres de noblesse en lui permettant de décorer le château de Versailles : les historiens ont dénombré, entre 1686 et 1689, 774 blocs et 12 colonnes ayant fait le voyage. On en trouve également des traces au Louvre et à l’Opéra de Paris.

Et puis… plus grand chose. L’entreprise peine à se trouver d’autres clients, bénéficiant d’autant de moyens, jusqu’à l’extinction de la carrière, il y a tout juste trente ans.


marbre2Devenue propriété de la commune de Campan, entretenue par une association exemplaire, les « Marbrés de l’Espiadet », elle est aujourd’hui prise d’assaut par des écoliers et étudiants, ravis d’apprendre que leur petit coin de Payolle fait partie de l’histoire de France. Les Marbrés ont même monté un musée permettant de découvrir l’originalité de la pierre, tout comme la vie des carriers d’autrefois.

Vous avez très certainement passé l’âge de l’école et des visites guidées, mais ne faites pas comme les coureurs du Tour : arrêtez-vous à l’Espiadet. Et prenez le temps de respirer, et d’admirer ; car du haut de ces marbres millénaires, vingt siècles vous contemplent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *