Cofim
L’information en Béarn du 17/04/2019
Partenariat Presselib en partenariat avec
Partenariat Presselib

Rugby - Une page se tourne à la Section

C’est la dure loi du sport de haut niveau. Simon Mannix quitte le Béarn, mais restera comme l’un des grands artisans du retour dans l’élite et de la professionnalisation du club…

Rubriques :

La sévère défaite encaissée à La Rochelle et le risque de se retrouver en barrage de relégation laissaient penser qu’il n’y avait guère d’autre solution que de provoquer un électrochoc.


A 4 journées de la fin de la saison régulière, la Section doit impérativement trouver un nouveau souffle pour ne pas laisser revenir Agen (12e à 4 points) et Grenoble (barragiste à 6 points). Le programme de Pau est lourd : réception du Racing (27 avril à 14h45), virée à Toulouse (4 mai), contre Grenoble au Hameau (18 mai) et final au Stade Français (25 mai). Pendant ce temps, Agen recevra Lyon, ira à Grenoble, accueillera Castres et se déplacera au Racing ; Grenoble ira à Montpellier, recevra Agen, viendra à Pau et accueillera Lyon.

Pas la peine de faire de savants calculs, tout se jouera sur la capacité du groupe à se sortir les tripes contre les grosses écuries et à se mettre en position de ne laisser aucune chance à Grenoble dans un Hameau qui aura son rôle à tenir.


C’est Nicolas Godignon et Fred Manca qui prendront le relais de Simon Mannix jusqu’à la fin de la saison. Mais il serait judicieux que tous ceux qui aiment ce club mythique poussent fortement derrière eux, de manière inconditionnelle. En évitant soigneusement de suivre ceux qui veulent, avant tout, jeter de l’huile sur le feu.

La mobilisation de tous sera précieuse pour la réception des Franciliens, puis celle des Isérois. C’est le moment où jamais de faire gronder le soutien du peuple béarnais au Hameau.

Rappelons que la venue à Pau de Simon Mannix a été une chance inespérée, parfaitement saisie par la Section à un moment où il lui fallait franchir un cap important pour retrouver le Top 14. Mission accomplie. Son départ dans la dignité mérite d’être salué.


Voici la déclaration de Simon Mannix 

« A la vue des dernières performances, je pense qu’il est préférable pour le club d’envisager un changement qui pourrait aboutir à des résultats positifs, c’est dans cette optique que j’ai pris la décision de quitter mes fonctions de Directeur Sportif. En quittant le management de l’équipe aujourd’hui, je suis à même de constater les progrès formidables que ce club a fait durant les 5 dernières années. Mon équipe et moi-même avions pour mission de ramener Pau dans l’élite du rugby français après une absence de 9 ans en Top14. Ce challenge a été relevé dès la première saison 2014/15 durant laquelle nous avons prouvé que nous étions compétitifs. Depuis, le club s’est consolidé à la fois dans son organisation et dans sa capacité à évoluer au plus haut niveau.


« Pendant ces 5 années, j’ai consacré ma vie au club et je suis humblement reconnaissant envers toute mon équipe pour leur travail, leur professionnalisme et leur confiance dans le projet que nous avons commencé il y 5 ans. Le président du club, Bernard Pontneau, a été un immense mentor pour moi pendant ces années à la Section Paloise et je voudrais le remercier infiniment de m’avoir accordé toute sa confiance ainsi que cette opportunité d’apporter tous ces changements positifs ces dernières années. Il en est de même pour notre sponsor principal, Total, il a été très gratifiant d’avoir bénéficié d’un tel soutien professionnel et d’une telle influence positive.

« Je souhaite à Bernard, au staff et à tous les joueurs de Pau tout le succès qu’ils méritent pour le futur et je les remercie de m’avoir accompagné dans cette aventure au plus haut niveau du rugby français. Le Top 14 est un des meilleurs championnats du monde et je suis fier d’avoir pu contribuer à la formation de tant de joueurs de rugby français qui je suis sûr joueront un rôle important dans l’équipe nationale ».


Les précisions de Bernard Pontneau
 
« La décision de Simon Mannix est empreinte de courage et d’une dignité exemplaire. Il s’agit d’une séquence douloureuse pour le club qui perd un grand technicien doté d’une expertise rare et précieuse dans le rugby français. Il a permis à la Section Paloise de devenir ce qu’elle est. La compétence technique interne n’était pas conforme au haut niveau nécessaire, Simon Mannix a su l’élever à un niveau de performance et d’exigence que je tiens à saluer et qu’il faut consolider.

« Jusqu’à la fin de saison le tandem Godignon-Manca aura en charge de préserver le club dans l’élite pour faire honneur au formidable travail entrepris par Simon Mannix. Dans l’immédiat, l’heure est à la mobilisation générale autour de la Section pour relever le défi de cette fin de saison ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *