SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés – Hervé Pando et le Parapluie des Pyrénées

Le 13 Mai. 2019

A Pau, l’entreprise familiale perpétue la tradition depuis une éternité. Elle est même la seule à fabriquer des parapluies de berger en France. Un must…

C’est une petite boutique blanche et bleue, qui ne paye pas de mine, nichée rue Montpensier. En fait, les Béarnais la connaissent depuis longtemps.


Au début du siècle dernier, elle se dénommait Maison Capell et était sise rue du Maréchal Joffre. Sa spécialité : le parapluie artisanal, sous toutes ses variantes et ses couleurs, que la famille Pando, Hervé Pando et son fils Christophe a à cœur de perpétuer. Entrons…

Des parapluies, ce n’est pas ce qui manque ici puisque chaque année, la boutique en vend un bon millier. Depuis « le campagne », idéal contre le vent et les intempéries, recouvert d’une toile imperméabilisée et doté d’une monture de dix baleines en acier rond, jusqu’au makila traditionnel, les ombrelles (en coton anti UV, contre les maladies de peau) et même les parasols pour jardin ou terrasses de café, ou, plus rare, le parapluie de berger.


Ce n’est qu’il y a une vingtaine d’années qu’Hervé a relancé sa fabrication dans son atelier de Pau. Il s’agissait alors de recréer le modèle d’origine, utilisé par les bergers de la vallée d’Ossau pour se protéger tant du soleil que de la pluie, et même de la foudre. Il le fit costaud, avec un manche en hêtre qui ne se retourne pas au vent, grâce à ses neuf baleines en jonc, rotin ou bois. Idem pour la toile, en coton résiné à double tissage, ultra résistante car imperméabilisée à la résine de pin.

Quant à la poignée, elle est ronde, ce qui permet de le poser dans sa poche poitrine afin d’avoir les mains libres. Et ses parties métalliques en laiton étant éloignées de la pointe, il est naturellement utilisable en toute sécurité en montagne, faisant à l’occasion office de paratonnerre.


Plus de quatre heures de travail sont nécessaires à sa confection, évidemment réalisée à la main, ce qui en fait un objet unique et inusable que l’on garde avec soi des années ; encore qu’un atelier réparation soit ouvert, des fois que… Un objet devenu aussi « tendance » puisque l’on a vu Zinedine Zidane ou Karl Lagerfeld se balader en sa compagnie, sans oublier le président bolivien Evo Morales.

Une dernière précision : il faut investir de 170 à 210 euros pour obtenir l’objet de ses rêves, avant de chanter avec Brassens « Un p’tit coin d’parapluie, contre un coin d’paradis… »

Informations sur le site internet

 

4 commentaires au sujet de cet article

  1. Bravo à la rédaction d’avoir déniché un tel artisan.
    Bravo à l’artisan.
    A une époque où trop de belles choses se perdent, où ” tout fout le camp ” selon certains, c’est un pur bonheur de trouver de telles personnalités et de tels artistes ❤ artistes.
    et quand le tout voiture, l’autobus ou le train font que beaucoup ne savent plus ce que c’est d’affronter la pluie, ceux qui l’osent peuvent le faire confortablement.
    encore bravo.
    J.A. Urrugne

  2. j en possède un dans mon chalet de montagne
    très bien fabriqué ,inusable ,abritant aussi bien de la pluie que de la neige
    continuez a fabriquer d aussi belles chose ,que du bonheur a notre époque
    claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *