SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés - Hélène Salomon, Craig Watson et Kiwami

Le 07 Nov. 2018

Basée à Montardon, ils ont révolutionné le vêtement de sport depuis 15 ans et notamment pour les triathlètes. Ils ont conquis les plus grands champions…

Kiwami. Il ne s’agit ni d’un hybride de kiwi qui se serait fait plein d’amis, ni issu d’un dialecte lointain autant qu’exotique. Non, Kiwami, c’est un nom ou plutôt une marque bien connue des athlètes, triathlètes surtout, nageurs et coureurs du monde entier.


Parce qu’au début, faire du sport en vieux short approximatif et tee-shirt déchiré, ça va, mais dès qu’on atteint un certain niveau, autant faire de son équipement sportif un allié.

La française Hélène Salomon et le néo-zélandais Craig Watson, en savent quelque chose, triathlètes de haut niveau eux-mêmes.


Et c’est bien à Montardon, près de Pau qu’ils ont installé la société qui fabrique et exporte « all around the world » du « made in France ». Avec des vêtements qui sont à la fois très techniques, confortables et même élégants.

Kiwami compte aujourd’hui une dizaine d’employés pour un chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Et la PME a su parfaitement se démarquer face aux géants du sportswear par sa capacité d’innovation et de renouvellement.


En Béarn, ils fabriquent des tenues de référence, du genre « trois en un », déperlantes et hydrofuges pour la natation, souples pour le cyclisme, antitranspirantes pour la course. C’est ainsi qu’ils se sont donc rapidement positionnés comme leaders du secteur, innovants au possible.

Ce qui leur a valu de nombreux prix, comme le Gold Award, à Munich, qui récompense l’innovation dans le sport pour leur technologie Spider Compression. Des patchs de compression localisés aux endroits stratégiques pour un soutien musculaire optimum.


Le Spider Ld1 Aero, mélange de performance, aérodynamisme et élégance, a nécessité 18 mois de développement, de mise au point. Mais quel résultat ! Il a même été testé en soufflerie, à Arizona (USA) ainsi que par le sportif Cyril Viennot, qui est arrivé 6ème aux championnats du monde de Kona en 2015.

Alors oui, un vêtement oscille entre les 150 et 300 euros. Mais les hommes, les femmes et même les enfants sont prêts à tout pour être au top, champions en herbe ou confirmés.

Kiwami ? En courant, en nageant, à vélo, on y file, on y vole…

 


 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *