SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés - Anaïs Estrade pour réinventer la capitale

Le 08 Fév. 2019

La Capbretonnaise et son cabinet d’architecte ont été retenus comme lauréats de l’appel à projets pour la valorisation des « dessous de Paris »…

Le « Terminus » de Marc-Antoine Servella et d’Anaïs Estrade, les deux associés du cabinet parisien SAME Architectes, fait partie des projets lauréats du dernier « Réinventer Paris ».


L’équipe du « Terminus » s’était concentrée sur l’ancienne station « Croix Rouge » du 6ème arrondissement, dont il s’agissait de réaménager les deux quais.

La Ville de Paris avait bien proposé une trentaine de sites souterrains pour sa seconde invitation à « Réinventer Paris », mais mi-janvier, elle n’aura finalement retenu que 20 projets, après en avoir reçu 217 et présélectionné 85. « Les 11 sites restants ont pour certains été décalés dans le temps pour des raisons techniques, d’autres n’ont pas abouti en raison de la grande complexité des sites », précise la municipalité.


Entre la reconversion des réservoirs de Passy en chai subaquatique ou d’une usine de pompage en espace de vie, le réaménagement des 18.000 m2 de la gare des Invalides et le mur d’escalade qui prendra place sous le viaduc de la ligne 6, on aura aussi (et surtout !) remarqué le projet porté par l’expert en capital développement immobilier Novaxia.

Un projet imaginé par les deux architectes associés du cabinet SAME (créé en 2016), dont l’un… est donc une jeune Capbretonnaise de 31 ans, Anaïs Estrade, diplômée de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine et déjà passée par plusieurs agences parisiennes.


Ce projet (à moitié Landais, donc !) vise à reconvertir les deux quais latéraux d’un ancien terminus de la ligne 10, immédiatement situé sous le carrefour de la Croix Rouge et qui n’avait été exploité que pendant l’entre-deux-guerres. On parle d’une paire de quais en vis-à-vis, longs de 75 mètres, larges de plus de 4 mètres et totalisant 600 m2 de surface.

L’un se muera en « quai-halle expérientielle entre marché souterrain et food-court populaire », l’autre en restaurant et en bar à cocktails. De chaque côté, on verra défiler les rames derrière une baie vitrée et entre les colonnes d’une rangée d’arcades cintrées : toujours plus sympa que d’avoir à les attraper !


Un futur lieu « tendance »…

Pour nos architectes, l’objectif était de « réinventer la station et en faire un nouveau lieu de vie gourmand, ancré dans l’histoire du quartier mais aussi résolument moderne et tourné vers un futur écoresponsable ». Nul doute qu’avec ce concept bien dans l’air du temps ces deux espaces, situés à près de 10 mètres sous la voirie, feront le plein dès leur ouverture au public, d’ores et déjà annoncée pour 2021 ou 2022.


Ce projet, outre son originalité, avait pour atout la batterie de partenaires qui y étaient associés, dont certains exploiteront demain les lieux et nous donnent une idée de ce que l’on y trouvera. On peut citer l’école Ferrandi, toute proche du site et qui pourrait y gérer un restaurant pédagogique, le très « trendy » bar à cocktails Le Syndicat, la Brûlerie de Belleville pour le café, le comptoir fermier La Cigogne, la cave Le Petit Ballon, etc.


Et d’autres partenaires plus technologiques, comme l’appli communautaire anti-gaspillage Too Good to Go, le livreur urbain Stuart ou encore les startups Weblib (digitalisation des points de vente) et Yuflow (systèmes de paiement « cashless »).


Le mobilier sera vraisemblablement fourni par Hopfab, et la présence de l’association Art en Ville parmi tous ces partenaires laisse penser que ces quais serviront accessoirement de lieux d’exposition. Il s’agissait donc d’un projet architectural, mais aussi d’un projet tout court…

Plus d’informations sur le site internet de SAME – cliquez ici

Découvrez le projet en vidéo – cliquez ici

Informations sur le site de Réinventer Paris – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *