SINGLE CREATEUR

CRÉATEURS ET PASSIONNÉS - L’origami version acier avec BD Art Steel

Le 11 Juin. 2021

Quand le métal se plie à toutes les envies du Tarbais Benjamin Duclos, cela donne des œuvres bluffantes qui en imposent…

La création artistique n’aime pas du tout être bousculée. Elle préfère rester tapie dans un coin de l’imagination, attendant de faire son entrée fracassante le moment venu.


C’est ce qui est arrivé à Benjamin Duclos, vingt-six ans à peine et déjà à la tête de huit salariés dans son entreprise Métallerie 3D, installée au 97 rue François Marquès à Tarbes.

Ici, depuis quatre ans, on conçoit des escaliers, des verrières, des constructions métalliques, du mobilier en acier… D’ailleurs, la qualité des productions a valu à son dirigeant d’être élu en 2018 “Entrepreneur de l’année” par le club et réseau d’affaires Bigorre & Business.


Mais lorsque la première période de confinement s’est imposée, Benjamin a saisi l’occasion au vol pour laisser s’exprimer tout son talent artistique, en plus de sa passion pour la géométrie à travers l’origami. C’est alors qu’il a donné naissance à une imposante première réalisation : un puissant taureau de cent trente kilos d’acier, un mètre cinquante au garrot, deux cents heures de travail. Rien que ça !

« J’ai toujours voulu faire des sculptures en acier, mais je n’en avais jamais eu le temps. J’en ai donc profité pour me lancer. Et lorsque Trafiquant d’Art est intervenu sur une partie de la peinture, un client a découvert l’œuvre et a souhaité l’acheter pour sa propriété au Portugal », raconte Benjamin.


Sa nouvelle entreprise, BD Art Steel (comme Benjamin Duclos), est donc spécialement dédiée à ses réalisations atypiques. Déjà, les demandes, reçues via des galeries d’art, des palaces et des domaines, laissent déjà présager un bel avenir.

“Alpha”, son deuxième taureau, est par exemple prévu pour rejoindre l’hôtel Boscolo Plaza, à Nice. C’est Relaks, l’artiste graffeur de Trafiquant d’Art qui lui a donné un look rétro-futuriste, en ajoutant une touche fluo sur ses arêtes.


« Je travaille en ce moment sur un cheval cabré, destiné à être exposé à Saint-Raphaël, soit sur la Plage de la Tortue, soit dans le centre-ville. Avec trois mètres de hauteur, et trois mètres cinquante de longueur, il sera beaucoup plus imposant que le taureau, et nécessitera plus d’heures de travail », enchaîne, enthousiaste, Benjamin.

Mais il tient à préciser qu’il s’adapte, avec son équipe, à toutes les demandes, qu’il s’agisse de petites créations (à partir de 30 cm), jusqu’à des œuvres de trois mètres. Animaux, végétaux… rien ne l’arrête !


Alpha est donc bien parti pour être l’aîné d’une longue et belle fratrie, inaltérable…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *