SINGLE CREATEUR

Sokoa vent debout au pays du siège

Le 12 Avr. 2019

Le leader national des sièges de bureau innove en permanence et s’implique fortement pour le développement du Pays Basque. Une entreprise pas comme les autres…

Après avoir renoué avec son niveau de revenus d’avant-crise, l’emblématique fabricant de sièges hendayais a consolidé sa position l’an dernier. En 2019, il reste un pilier de l’économie locale.


Entre salons professionnels, événements locaux comme le forum emploi d’Hendaye ou les 24h de l’innovation et petit détour de ses nouvelles collections par le showroom parisien du fabricant de tissu Gabriel, l’entreprise travaille activement à son développement à l’export.

En 2018, Sokoa a finalement réalisé un chiffre d’affaires de 47,5 millions d’euros. « Nous visions les 48 et cela n’a pas été une grande année de progression, mais nous avons maintenu ce niveau d’activité d’avant-crise que nous avions retrouvé en 2016 et 2017 », commente Jean-Michel Berra, directeur général.


Et puis le fournisseur de sièges pour collectivités et entreprises reste dans les clous pour atteindre son objectif de 50 millions d’euros de revenus en 2020.

Une telle performance passera sans doute par la stratégie que poursuit l’entreprise à l’international, qui représente encore moins de 20% de l’activité, quoique Sokoa soit actif dans plus d’une cinquantaine de pays, avec de bonnes perspectives dans certaines zones comme le Moyen-Orient.


En attendant d’exporter davantage, la société hendayaise, leader en France dans son domaine, peut toujours compter sur la visibilité que lui assure un réseau national composé de 2 à 3 distributeurs par département, dont le bayonnais Inter Diffusion SA (Collectivité Service, que Sokoa détient à 50%).

Une visibilité qui, au-delà de son ancrage local, lui permet de décrocher des marchés importants, comme celui du TGI de Paris, auquel il a livré, par l’intermédiaire de Bouygues, une commande… de 9.000 chaises et sièges entre 2017 et 2018. « Cela reste un chiffre assez exceptionnel, mais nous enregistrons régulièrement des commandes de 1.000 à 1.500 unités », détaille le dirigeant.


Nouvelles collections sur les rails…

Au surplus du siège collectif ou de bureau et de son usine d’Hendaye, on n’oublie pas que Sokoa est aussi un groupe aux nombreuses filiales (essentiellement pilotées par sa holding Sofikoa pour tout ce qui tourne autour de son métier) et participations, comme par exemple dans le fonds solidaire Herrikoa.

Un groupe d’environ 100 millions d’euros qui au-delà de ses 260 salariés hendayais, emploie un total d’environ 600 personnes et se trouve impliqué dans la création ou la sauvegarde d’un grand nombre d’emplois locaux. Tout ceci avec le mode de gouvernance particulier de l’entreprise, détenue par un petit millier d’actionnaires et à près de 90% par des particuliers, salariés ou non (aucun actionnaire ne détient plus de 4% du capital).


Cet ADN basque et solidaire fait de Sokoa une entreprise des plus engagées, notamment sur le plan de la RSE. Et toujours aussi impliquée localement. On l’a encore vue au récent forum de l’emploi d’Hendaye, en tant que partie prenante du centre d’appui local mais aussi en tant que recruteur : « Notre DRH était présent et a pu collecter plusieurs dizaines de CV », indique le dirigeant. Sokoa a également participé aux dernières 24 Heures de l’innovation de l’Estia (dont l’entreprise est membre de la fondation), pendant lesquelles les participants ont planché sur deux sujets techniques : l’un touchait à la mise sur palette des parties inférieures (à branches) des sièges giratoires, l’autre à la tapisserie des sièges.


De quoi glaner quelques idées et solutions techniques pour accroître la compétitivité de l’entreprise et le confort de ses salariés.

On se souvient d’ailleurs qu’en début d’année, Sokoa avait déployé dans son usine hendayaise un « premier robot de soudure résille » pour soulager ses opérateurs dans cette étape délicate de la production.


Côté produits, justement, l’entreprise a récemment (du 14 au 29 mars) présenté ses nouveautés dans le showroom parisien du fabricant de tissus danois Gabriel, et en particulier sa dernière chaise Klik, dessinée par le studio de Jean-Louis Iratzoki et d’Ander Lizaso.

Ce siège bicolore, dévoilé à Cologne en octobre dernier, présente l’originalité d’une partie supérieure de dossier amovible. Il est disponible dans une large palette de couleurs, avec plusieurs possibilités de matériaux. Un nouveau-venu à la fois simple et singulier dans la famille des quadrupèdes ! Et qu’on devrait rapidement voir un peu partout, entre autres nouveautés, dans les espaces cafeteria de l’Hexagone, et on l’espère un peu plus loin.

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *