SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés – Montfort voit la vie en Label Rouge

Le 14 Avr. 2019

Une trentaine de producteurs des Landes, du Gers et des Pyrénées-Atlantiques ont répondu à l’appel de la marque alimentaire d’Euralis…

Le groupe coopératif met en place une filière Label Rouge pour ses viandes et foies gras de canard.


Le cahier des charges implique un élevage des canards en plein air, un gavage moins intensif et une alimentation 100% végétale incorporant du maïs grain entier garanti sans OGM. Celui-ci proviendra d’adhérents de la coopérative.

Le lancement d’une filière Label Rouge autour du canard, que vient d’annoncer le groupe Euralis, était plus que dans l’air du temps. « Les attentes des consommateurs ont évolué. Ils sont en recherche de produits avec plus de traçabilité, sains et de bonne qualité, issus de filières engagées. Notre rôle est aussi de créer plus de valeur pour chaque acteur de cette filière. Le choix du Label Rouge s’inscrit exactement dans cette démarche », a ainsi résumé Boris Bourdin, le directeur d’Euralis Ateliers Culinaires.


L’annonce concerne évidemment la marque Maison Montfort, spécialisée dans le canard et l’une des 5 qui composent le pôle alimentaire d’Euralis (avec Rougié, Stalaven, Teyssier et Qualité Traiteur). On rappelle que ce pôle alimentaire dégage 460 millions d’euros de chiffre d’affaires pour près de 2.600 salariés.

C’est le premier pôle de la coopérative en termes d’employés, et le second en termes de revenus générés, derrière un pôle agricole pesant 492 millions d’euros. On sait que les métiers de bouche n’avaient pas vraiment été à la fête lors de la dernière annonce de résultats d’Euralis, mais qu’ils avaient bien limité la casse, laissant présager un retour à la normale après les épisodes aviaires des dernières années.


Un autre modèle économique…

Euralis précise que les premiers magrets et aiguillettes de canard labellisés prendront place en rayons d’ici le 1er mai, et que les foies gras suivront au moment des fêtes de fin d’année. Ce sont au total une trentaine d’éleveurs et de gaveurs de nos départements qui auraient accepté de jouer le jeu du plus exigeant cahier des charges de ce label.

Une proportion non négligeable du parc d’éleveurs travaillant avec la Maison Montfort, puisque ceux-ci seraient environ 250, répartis dans tout le Sud-Ouest et bénéficiant majoritairement de l’IGP. La marque Maison Montfort détiendrait aujourd’hui 20% de parts de marché dans le secteur du foie gras cru et 15% sur le segment du mi-cuit.


Le lancement d’une telle filière labellisée n’est pas forcément une mince affaire car, outre l’élevage dans des bâtiments clairs et en plein air (avec des exigences importantes en termes de densité d’animaux au m2), ou la qualité de l’alimentation des canards, les méthodes requises impliquent un processus de gavage moins intensif et un abattage plus tardif que dans les conditions classiques, ce qui va se répercuter soit en termes de prix affichés, soit en termes de rentabilité pour les acteurs engagés dans le processus, avec à l’issue de la production des foies gras d’un poids limité.


Euralis viserait dans un premier temps un « taux de couverture » de 5 à 10% de canards élevés, gavés et abattus selon le cahier des charges Label Rouge. D’après la coopérative, 6,7 millions de canards seraient élevés chaque année dans le cadre des activités de son pôle alimentaire.

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *