INDEX

Le foie gras subit une très lourde chute

Le 25 Juin. 2017

Avec la crise aviaire, l’Europe a perdu près du tiers de sa production, selon le Comité interprofessionnel réuni à Mont-de-Marsan. Il y a urgence à soutenir cette filière

En deux ans, on sera passé de 24.000 à 16.500 tonnes en raison des ravages provoqués par le virus H5N1 puis par le H5N8. C’est un gros coup dur pour la filière : accouveurs, éleveurs, transformateurs…


A l’occasion de l’assemblée générale du Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog), son président Christophe Barrailh a confirmé une nouvelle forte baisse pour la production française en 2017. En France, qui assure près des deux-tiers de la production mondiale, on ne devrait pas dépasser les 12.000 tonnes.


Le vide sanitaire imposé à tous les élevages de canards du Sud-Ouest a pris fin le 29 mai dernier. Mais avant de reprendre l’élevage de canards et oies, les éleveurs ont du s’engager par écrit, sur l’honneur, à respecter des règles de biosécurité. Le tout assorti de tests de dépistage. Cela devrait durer…


Avec tous les contrôles rendus obligatoires, certaines exploitations ne pourront accueillir des canetons que vers mi-juillet 2017. Il faudra compter ensuite environ 16 semaines d’élevage et de gavage avant de voir arriver les produits sur les étals (foie gras, confits, magrets…).


Pour rappel, deuxième cette crise aviaire a généré une perte de 12 millions de canards, parmi lesquels 4,5 ont été abattus dans les foyers. En tout, 2000 éleveurs touchés dans le Sud-Ouest et une perte évaluée à 350 millions d’euros. Du coup, économiquement et moralement, on ne peut pas dire que l’ambiance soit à l’allégresse, loin s’en faut. Il faudra donc du temps avant de reprendre pied.

Il faut savoir que le Sud-Ouest produit 75% du foie gras français, soit un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Sa filière y représente 30.000 emplois directs et 100.000 indirects.


A noter aussi que la France est le premier pays exportateur avec près de 5.000 tonnes de foie gras cru et transformé dans le monde entier.

Compte tenu de ces volumes, la filière foie gras contribue à l’excédent de la balance du commerce extérieur français à hauteur de plus de 56 millions d’euros.

A nous, consommateurs, de rester fidèle à cette filière qui mérite notre soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *