INDEX

Quand Goni s’implante en Béarn

Le 05 Déc. 2018

Découvrez ce site d’échanges de biens et services entre particuliers. La démarche sociale et solidaire a été pensée par deux enfants du pays…

Goni est une plateforme de mise en relation entre particuliers totalement gratuite. L’utilisateur peut échanger des services, des biens d’occasions ou des objets avec des inconnus.


Valoriser l’humain, créer du lien social, lutter contre solitude et augmenter le pouvoir d’achat. Voici les ambitions de Goni.

Laurent Vergès et Carole Badeig, natifs de Laroin, sont partis pendant dix ans à La Réunion pour « changer d’horizon tout en parlant français ». Mais, ils n’ont pas pour autant chômé : en effet, cette professeure des écoles et cet ancien ingénieur en bâtiment chez Eiffage ont décidé de créer un site, d’échanges de services gratuits et accessibles à tous.

« Quand j’ai pris conscience du fonctionnement de notre société, j’ai pris des résolutions pour être acteur du changement » affirme Laurent Vergès. « Nous voulons prendre le négatif présent dans notre société pour le transformer en positif ».


Laurent Vergès et Carole Badeig ont lancé Goni, au début de l’année à La Réunion. De retour dans le Sud-ouest, « on a profité du mois de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour développer le site dans le Béarn ». Aujourd’hui, ce site compte plus de 1.600 membres et environ 500 annonces (80 à 100 utilisateurs en Béarn et entre 20 et 30 annonces actuellement).

Le principe est simple. Chacun vient déposer sur le site une annonce de demande ou d’offre : un coup de main pour jardiner ou réparer l’évier, des cours de soutien scolaire, mais aussi des biens matériels, des vêtements, des meubles. « Notre objectif était aussi d’apporter un outil que tout le monde peut s’approprier ».

 


Basé sur un principe simple…

Les échanges se font uniquement en points Goni, une monnaie collaborative conçue pour gérer les échanges. « Le terme Goni est un clin d’œil à La Réunion : ces sacs en toile de jute étaient utilisés là-bas pour transporter les denrées et les conserver. Lors des grandes crises, les gonis étaient aussi utilisés pour s’habiller, d’isolation dans les maisons, comme chaussures et chapeaux ».

Les Goni permettent de bénéficier de services et d’objets d’occasion à tout moment. En gros, il s’agit d’un système de troc qui favorise aussi l’entraide solidaire. « Le fait de ne pas utiliser l’euros simplifie les échanges entre les particuliers, le contact est totalement différent » insiste Laurent Vergès.


Les nouveaux utilisateurs disposent d’une cagnotte de 30 Goni de bienvenue. Les services, quels qu’ils soient, sont fixés à 10 Goni de l’heure. Plus les utilisateurs utilisent Goni, plus ils augmentent leur « pouvoir d’achat ». Les gens continueront à payer 10 Goni de l’heure, mais l’habitué en gagnera 20, puis 30 et jusqu’à 50 par heure.

L’idée est de récompenser l’engagement. « Le Goni sert à mettre une valeur sur le service ou l’objet, pour simplifier les échanges. Même si la valeur humaine est plus importante ».

« Nous fonctionnons pour le moment sur nos fonds propres, mais nous sommes à la recherche de financements » explique le fondateur de Goni. « Une fois qu’un volume conséquent d’utilisateurs existera, les entreprises pourront, par exemple, acheter des Goni pour les distribuer à leurs employés ».


Le mois de l’ESS et le Festival des solidarités…

« En Béarn et particulièrement à Billère, il y a un vaste tissu associatif solidaire. Goni s’est inséré plus facilement dans ce tissu déjà existant » affirme Laurent Vergès.

Tout au long du mois novembre, plus de 2000 évènements s’organisent au niveau national pour découvrir une Economie Sociale et Solidaire (ESS). « L’humain est au centre de notre occupation » expose Frédérick Mazodier, en charge du développement durable à la mairie de Billère. « Goni permet de recréer du lien avec son voisinage, ce qui se perd dans notre société actuelle ».

Pour la 5e année consécutive, une trentaine de structures solidaires, dont Goni, se regroupent dans le Collectif ESS pour participer au Festival des solidarités (Festisol), du 17 novembre au 02 décembre. Elles se mobiliseront pour proposer des animations gratuites et ouvertes à tous et échanger sur l’économie solidaire.

Un rendez-vous à ne pas manquer.

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *