Cofim
L’information en Béarn du 12-02-2018
Partenariat Presselib en partenariat avec
Partenariat Presselib

Entreprise d’ici - Il était une fois… Aéroprotec

Un développement constant, des investissements, des recrutements et un déménagement près de l’aéroport de Pau Pyrénées. La réussite est au rendez-vous

Il était une fois, il y a fort longtemps, en 1946, une société qui naquît sous le nom de Janini. Le temps fit au temps les effets du succès et en 2005, Thierry Haure Mirande rachetait Janini pour en faire Aéroprotec. Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ? Presque.


Sauf qu’en 2006, en guise d’enfant, la première filiale s’ouvre en Tunisie sous le nom d’Aérotech, et Aéroprotec devient un groupe. En guise de voie royale (dans les contes de fées, il y a toujours un côté royal, ici respecté), dès 2012, Aéroprotec crée sa cellule Recherche & Développement.

En 2013, ils agrandissent leur surface de production de plus de 25% et pensent à l’installation d’une chaîne « grandes dimensions ». Ah, ah, s’écrie la sorcière, et rien en 2017 ? Taratata, pirouette cacahuète, grâce à 6 millions d’euros d’investissements, le spécialiste palois du traitement de surfaces fait pousser, comme un champignon magique, une grande usine près de l’Aéroport.


Et quand on dit « grande usine », on pèse nos mots. 2.500 mètres carrés dans un premier temps, suivis de 9.000 mètres carrés en suivant, le tout pour une livraison envisagée fin 2018.

Pschiitttt, à ce moment-là, le groupe annonce déjà qu’il devrait procéder à une bonne quarantaine de recrutements. Qui viendront s’ajouter aux 100 déjà existants, pour travailler sur des pièces encore plus grandes. Quant à la cellule R&D, elle intègre ses locaux sur la zone Aéropolis, et recrute aussi des ingénieurs.

Avouez qu’il vous plaît notre conte de fées moderne ?

Informations sur le site d’Aéroprotec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *