INDEX

Musculdy renoue avec la Mascarade

Le 12 Jan. 2018

Le petit village souletin de 238 muskildiars replonge dans la tradition. Amateurs de folklore et de clowneries, rendez-vous à Pagole ce dimanche…

Vingt ans que Musculdy n’avait pas organisé une mascarade ! Il commence un périple dans une série de communes avant une clôture à la maison le 22 avril. On va chaque fois bloquer la rue principale par des barricades, afin de repousser l’invasion de drôles de personnages costumés, armés de bâtons et de manches à balais.


Quoique sa résistance, on le sait déjà, sera vaine : le groupe va investir chaque bourg et y entrer triomphalement, au son de la txirula et du tambour.

Au fait, peut-être convient-il d’expliquer à nos lecteurs qui n’ont pas le bonheur de vivre en Soule ce que l’on entend ici par « mascarade » : il s’agit d’une coutume itinérante, un rite même, consistant à passer de village en village, entre janvier et avril, et d’y apporter de la joie sous la forme de chants, musiques et danses.

 


On distingue ainsi les danseurs, rouges (gorriak), bien habillés et bien propres sur eux, qu’accompagnent le tambour (l’atabala), les cordes du ttun-ttun et les sons de la txirula, la flûte à trois trous. Derrière viennent les noirs (beltzak), mal fagotés, sales comme pas deux, et carrément comiques.

Les connaisseurs reconnaîtront sans peine les personnages traditionnels : txerreo, le gardien des porcs, avec ses clochettes au ceinturon, gatüzain, le chat, danseur au pantalon jaune, zamaitzain l’homme cheval à la toque emplumée, Jauna et Anderea (le seigneur et sa dame) lui en haut de forme, elle en robe de mariée.


Ou encore les chaudronniers, les kauterak vêtus de noir, ceux qui éclaboussent les villageois et enlèvent les jeunes filles. Et surtout Pitxu, le personnage central de la mascarade, qui à la façon du clown s’acharne à saboter le travail des autres personnages.

Au total, c’est une quarantaine d’habitants qui vont participer à la fête, qui se déplacera, ainsi que le veut la tradition, dans quatorze autres villages. Si le cœur vous en dit, et on est sûr qu’il vous en dit, rendez-vous ce dimanche dès 9h30 sà Pagole, pour la barricade, une pérégrination qui s’achèvera vers midi. Avec le grand moment, celui de la représentation à 15h sur la place du fronton.

Comme quoi la tradition a du bon ! En Soule, surtout.

Les prochaines dates : 21 janvier à Tardets, 27 janvier à Ainharp, 4 février à Lichans, 11 février à Ordiarp, 17 février à Camou, 25 février à Esquiule, 4 mars à Aussurucq, 10 mars à Idaux, 18 mars à Alçay, 24 mars à Maule, 1er avril à Barcus, 8 avril à Hoquy, 15 avril à Larrau, 22 avril à Musculdy.


 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *