INDEX

Une propriété hors normes à Bidart

Le 06 Août. 2017

Sur les falaises basques avec une vue imprenable, Itxas Gaïna est mise en vente par Sotheby’s à 12 millions d’euros… en espérant que l’océan ne gagne pas du terrain

Rubriques :

L’une des plus belles propriétés de la côte basque cherche preneur à la suite d’une succession. Du haut de la corniche d’Erretegia, elle surplombe la mer tout en permettant de contempler la Rhune. Tout simplement magique !


C’est Sotheby’s International Realty France qui propose Itxas Gaïna (« au-dessus de l’océan » en basque), véritable belvédère avec ses 500 m² habitables et son terrain de 5 hectares. Entre Biarritz et Guéthary, Erretegia est l’un des plus beaux sites du littoral basque.


Avec son architecture néobasque des années 1920, l’imposante demeure comprend un hall, une triple réception avec cheminées et boiseries, 13 chambres (avec salles de bains ou points d’eau) dont 3 avec accès direct à la véranda. Elle est également pourvue d’une buanderie, d’un cellier, d’une chaufferie, d’un atelier et d’un garage. La propriété est aussi dotée d’une conciergerie et d’une maison d’amis de plain-pied de 110 m2 avec 3 chambres supplémentaires, 2 salles de bains, cellier, cuisine, séjour et garage indépendant. Une grande piscine chauffée permet de profiter de ce cadre idyllique.


Pas de mauvaises surprises en perspective au niveau construction, puisque Itxas Gaïna est dans une zone naturelle remarquable où toute construction est interdite. Seule incertitude potentielle, la solidité de la falaise pour résister durablement aux poussées annoncées de l’océan.

On peut lire que « L’actuelle famille propriétaire d’Itxas Gaina a de lointaines origines qui la lient notamment à la dynastie des Paléologues qui régna sur Constantinople jusqu’à sa chute en 1453. Plus récemment, d’autres personnalités ont marqué l’histoire de la famille. On pense notamment à l’un des membres qui fut ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg pendant la Première Guerre mondiale, ou un autre, grand entrepreneur du XIXème siècle, qui fut le créateur de la turbine à gaz. On lui doit d’avoir éclairé de nombreuses villes dont Paris, grâce à la mise en place d’un réseau de distribution de gaz ».


« Un des fils de ce dernier, blessé de la Première Guerre mondiale, s’engagea en politique en devenant député des Deux-Sèvres. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, la famille est expulsée d’Itxas Gaina par l’occupant et ils ne la retrouveront qu’à la Libération. Le propriétaire et ses 6 enfants s’engagent alors dans la Résistance et quittent la Côte basque pour Paris et Londres où il côtoie l’état-major du général de Gaulle. En septembre 1947, au cours de son tour de la France libérée, le général de Gaulle visita en personne Itxas Gaina ».


« Après ces temps sombres et comme pour continuer une tradition familiale, le propriétaire suivit les traces de son père en devenant à son tour entrepreneur et prit en charge la direction de la banque UBP, qui deviendra la première banque privée française. Les propriétaires actuels sont les héritiers directs de ce passé héroïque. L’histoire ô combien particulière de cette famille fait écho à la splendeur d’Itxas Gaina. Depuis cette bâtisse d’exception, la Côte basque offre les plus beaux couchers de soleil… », conclut Alexander Kraft.

Information sur le site internet

 

2 commentaires au sujet de cet article

  1. Et comme dit dans le titre :
     » en espérant que l’océan ne gagne pas du terrain  » .
    Je m’intéresse un peu à l’érosion du littoral et je crois bien que ce n’est
    pas un investissement sur le long terme.
    Ceci étant dit ce n’est pas très grave, les gens qui ont beaucoup de pognon se foutent pas mal du long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *