INDEX

Cuivro’Foliz va faire sacrément vibrer Fleurance

Le 19 Juil. 2019

Journées de liesse au son des fanfares dans la cité lomagnole sous influence des Balkans, du rock et du jazz, sans oublier la cumbia…

Rubriques :

En 1997, de jeunes Fleurantins, âgés de 18 à 20 ans, décident de dynamiser leur ville natale. Amateurs des « Amuses Gueules », l’orphéon de l’époque, leur choix se porte sur cette musique de rues qui rallie les festivaliers de tous horizons.


L’association « Les Inséparables » est créée en septembre, et mettra tout en œuvre pour qu’en août 1998, Fleurance voit naître, dans un contexte de bonne humeur et de convivialité, son premier festival de fanfares. C’était il y a vingt et un ans déjà…

La température va donc encore grimper ce week-end du côté de Fleurance, avec le top départ des Cuivro’ Foliz 2019, dès ce vendredi 19 juillet et jusqu’à dimanche.

 


Pour cette 21ème édition, les amateurs y retrouveront avec plaisir les fanfares en liberté, le marché traditionnel en musique, la parade, la Fanfar’Class pour deux jours de stage –sous la baguette de la fanfare reggae Stepping Out-, avant son concert du samedi après-midi, et bien sûr, une multitude de musiciens qui animeront les trois scènes dès la tombée de la nuit.

On fera la fête avec Les Parisiens de Stepping Out et Le Modjo Workin’Band, les Toulousains de Bawlings’Cats et The Duck Kiss, les Bordelais de La Grasse Bande, Les Fantaskes du Sud-Ouest, mais aussi les Argentins de Desmadre Orkestra, ou les Espagnols de Bandarra Street Orkestra.


Le dimanche, les plus jeunes, mais aussi les plus grands, pourront assister au spectacle « Tic Tac Tock », à l’humour très British et musical.

Rendez-vous vendredi 19 juillet dès 19 h pour l’inauguration du festival, et la remise officielle des clés de la Ville de Fleurance par Mme le maire !

 


Entrée libre

Informations sur le site internet – cliquez ici

Photo : Cuivro’Foliz

 

 

 


Article réalisé en collaboration avec le Journal du Gers

Pour suivre l’actualité du département, rendez-vous sur le site du Journal du Gers – cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *