INDEX

« A piece of sky », démarche d’économie circulaire et artistique

Le 17 Avr. 2019

La jeune pousse toulousaine récupère des pièces d’avions, devenues obsolètes, pour les transformer en meubles et mobiliers très design…

Rubriques :

Pourriez-vous imaginer deux secondes que les meubles de votre quotidien aient pu traverser océans et continents dans une vie antérieure, avant d’atterrir dans votre salon ? Qu’ils aient parcouru des milliers de kilomètres autour du monde, avant de se poser pour vivre une retraite bien méritée dans votre intérieur ?


C’est pourtant l’idée surprenante, et terriblement dans l’air du temps, des cofondateurs de la toute jeune entreprise « A piece ok Sky » (littéralement « un morceau de ciel »), qui s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire et artistique.

Avec un petit pincement au cœur, Anaïs Mazaleyrat et Jérémy Brousseau, salariés d’Airbus, voyaient des milliers d’aéronefs – et autant d’heure de travail consacrées à leur construction – finir au cimetière des avions.

 


Pourquoi ne pas en récupérer quelques éléments, pour les détourner ( ! ) vers une nouvelle vie plus … « confortable » ? Pari gagné !

Il leur a fallu pour cela faire appel à l’ingéniosité d’une dizaine de talents du design français. Après avoir repéré les pièces réutilisables, sélectionnées sur des avions destinés à être désossés, ils les partagent sur une plateforme collaborative, attendant l’idée de génie d’un designer pour les transformer, d’un coup de baguette magique -ou presque-, en meuble ou luminaire.


Et ça marche. Pour sa première collection, A Piece of Sky propose déjà douze pièces particulièrement originales, dont certaines sont uniques.

C’est ainsi que vous pouvez vous retrouver assis dans le fauteuil « Cloud », qui s’avère en fait être un ancien radôme (nez) d’un A 350. Si vous jetez un coup d’œil par le hublot de l’A 320 de votre coiffeuse « Spok », vous y verrez votre propre reflet, mais aussi les dernières nouvelles du ciel. Toujours utiles au moment de sortir.


Quant aux luminaires « Rod Light », les bielles d’avion ne servent plus chez vous à transmettre les mouvements au cœur des avions en plein vol, mais tout simplement à éclairer votre intérieur selon vos envies. Le bruit en moins, bien sûr…

Cette initiative totalement innovante devrait ainsi permettre de réutiliser entre cinq et dix avions cette année (soit 2 000 pièces), pour une livraison prévue en janvier 2020.
Un catalogue sera mis en ligne sur le site de l’entreprise le 15 avril 2019.


L’idée maintenant est d’ouvrir l’équipe à d’autres talentueux designers pour préparer la prochaine collection.

On n’a pas fini de tomber des nues !

Informations sur le site Internet – cliquez ici

Home

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *