Cofim
L’information en Béarn du 11/07/2019
Partenariat Presselib en partenariat avec
Partenariat Presselib

Alliance Forêts Bois croît encore et multiplie les pins

La section Landes-Pyrénées, qui regroupe 11.800 adhérents, a lancé des améliorations génétiques et prévoit l’arrivée d’une quatrième génération de pins maritimes…

L’assemblée générale de la première coopérative forestière de France s’est tenue le 28 juin dernier à l’auditorium du musée d’Aquitaine de Bordeaux. Le bilan 2018 est très dense.


L’an dernier, Alliance Forêts Bois a conquis 1.500 nouveaux adhérents et en compte désormais 42.000. Son chiffre d’affaires a franchi le cap des 200 millions d’euros. L’année 2018 aura surtout été marquée par un rapprochement avec la coopérative CoforOuest : le nouvel ensemble coopératif couvre maintenant toute la moitié ouest du pays.

Créée en 2011, à travers le regroupement de 3 coopératives du Sud-Ouest et sous l’impulsion des sylviculteurs du massif des Landes de Gascogne, Alliance Forêts Bois ne cesse de grandir. L’objectif du groupe coopératif était dès le départ d’atteindre une taille critique permettant de mieux répondre aux enjeux actuels et futurs du secteur, ainsi que d’améliorer sa présence sur les 3 grands métiers du conseil, de la sylviculture et de l’exploitation.

L’année 2018 aura marqué un nouveau tournant et consacré cette démarche, via le rapprochement avec CoforOuest, autre « coopérative de coopératives » qui comme son nom l’indique, permet au nouvel ensemble de couvrir toute la moitié ouest de l’Hexagone. Alliance Forêts Bois est aujourd’hui le premier groupe coopératif forestier français.


Un beau bouquet d’acquisitions…

Au niveau des acquisitions, 2018 a également été un beau cru avec 3 filiales supplémentaires dans le giron de l’alliance : Sofomer (filiale de CoforOuest basée à Évreux et prestataire de services d’exploitation forestière), Castagnet-Duméou (exploitation, transport et travaux forestiers à Casteljaloux, en Lot-et-Garonne) et la Landaise Bordeaux Industrie (fabrication et vente de matériel sylvicole, entreprise établie à Beautiran, en Gironde). « Ces investissements stratégiques témoignent de la volonté d’Alliance d’offrir encore davantage de solutions pour la valorisation des bois des adhérents et le développement d’innovations mécanisées », commente le groupe présidé par Henri de Cerval.


On notera par ailleurs que Forelite, à la fois filiale et « pilier de la dynamique de reboisement » d’Alliance Forêts Bois, s’est aussi engagée l’an dernier dans un processus de rachat, celui des Pépinières de la Dive, dans la Vienne, leader français du plant de peuplier (avec une part de marché de 25%). Ce rachat sera effectif dès cette année et permettra à l’alliance d’afficher de nouvelles ambitions sur ce dernier segment du marché. Avec ses 25 millions de plants commercialisés, Forelite serait aujourd’hui la première pépinière forestière française. Au total, Alliance Forêts Bois compte aujourd’hui 18 filiales, dont « 14 sont intégrées dans les comptes consolidés ».


Au chapitre de ces derniers, on remarque d’abord que le chiffre d’affaires total de l’Alliance a grimpé d’un peu plus de 4% l’an dernier, passant de 194,1 en 2017 à 202,4 millions d’euros. Une progression qui est à la fois liée à l’augmentation des volumes traités et des prix. Ce sont 3,2 millions de m3 de bois qui auraient été commercialisés l’an dernier. Les adhérents se font également plus nombreux. Ils sont désormais 42.000, soit 1.500 de plus qu’en 2017. Du côté de l’effort de reboisement, les 200.000 hectares de pins touchés par la tempête Klaus sont désormais replantés. L’an dernier, 18,3 millions d’arbres ont été plantés, et 17.000 hectares reboisés. Enfin, l’Alliance a aussi souligné la bonne progression de son système d’assurances contre l’incendie et les tempêtes en 2018, mais avec une proportion de souscriptions encore insuffisante.


Landes et Pyrénées tirent la croissance…

Sans surprise, la section Landes-Pyrénées a largement contribué à ces bons résultats, avec ses 11.800 adhérents (205 ont adhéré en 2018), ses 51 millions de chiffre d’affaires, ses 714.000 m3 de bois livré, ses 10,8 millions de plants installés et ses 9.500 hectares reboisés en 2018. Cette section pèse donc environ un quart de l’activité de l’Alliance, qui en compte une petite douzaine. Suit la Gironde, avec 33 millions de chiffre d’affaires, 9.000 adhérents et 600.000 m3 de bois commercialisé. En d’autres termes, les Landes de Gascogne sont et restent un poumon de la France forestière.


Quant à la suite, au-delà de la légère baisse de la demande enregistrée sur le premier semestre 2019, il faut s’attendre dans la région à de nouvelles améliorations génétiques et à l’arrivée d’une quatrième génération de pins maritimes, mais aussi à l’homologation d’un premier verger à graines de pin taeda à Bazas (33) ou encore à une accélération du développement de la production de plants de douglas en godets. Quoiqu’il en soit, on retiendra que 2018 a été une année charnière, avec une Alliance qui a grandi et s’est étalée aussi vite que ce cher pin des Landes…

Plus d’informations sur le site internet de l’Alliance – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *