INDEX

Coup de gueule : Mes chères, trop chères Pyrénées !

Le 07 Fév. 2018

L’accès à la réserve du Néouvielle pour huit euros, celui à la vallée du Marcadau de Cauterets à six euros cinquante pour les adultes, faudra-t-il avoir la main au porte-monnaie pour continuer d’aimer les Pyrénées ?

Rubriques :

Ça ressemble à un très, très mauvais poisson d’Avril. Fervents de la montagne, vous avez longtemps redouté de voir les paysages pyrénéens devenir payants ? Vous en avez rêvé ou plutôt cauchemardé ? Eh bien, ils l’ont fait, et votre cauchemar est en train de se réaliser. Justement à partir du mois d’avril.


Quand la montagne vous gagne ou plutôt vous taxe, et qu’accéder à la Réserve du Néouvielle, par exemple, pourrait coûter aussi cher qu’une séance de ciné, 8 euros. Voté en 8 janvier par le Conseil départemental, l’arrêté est pris qui prévoit un péage d’accès à la réserve.

Déjà que l’accès aux voitures était payant depuis le lac d’Oredon vers les lacs d’Aumar et d’Aubert, c’est désormais dès la RD229 sur la commune d’Aragnouet qu’on vous fera sortir le porte-monnaie.


N’oublions pas que, idem, les accès du Cirque de Troumouse ou de Gavarnie sont payants en période estivale. Est-on, lentement mais beaucoup trop sûrement, en passe de devoir payer l’amour des Pyrénées ?

Officiellement, cette vaste mascarade, pardon ces mesures et autres arrêtés sont là pour « participer à la préservation de la réserve ». Officiellement aussi parce que les efforts demandés par l’Etat aux collectivités les obligent à exploiter les espaces comme des entreprises.


Même son de méchante cloche du côté de Cauterets, à l’entrée de la vallée du Marcadau, où il faut désormais dégainer 6,50 euros pour les adultes et 5,50 euros pour les enfants si l’on veut prendre le parcours raquette. Et pourquoi pas faire payer l’air qu’on respire ? Même si là, on en a déjà le souffle coupé !

Une pétition a été lancée sur MesOpinions.com qui a déjà reçu 6.417 signatures de mécontents à l’heure de rédaction de cet article (cliquez ici).


Allez, chez Presselib’, on n’est pas du genre râleurs, mais là, faut pas pousser mémé dans le ravin : on signe où ?

Halte-là, les montagnards sont là !

 

 

3 commentaires au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *