INDEX

Rock’n’Stock enflamme Preignan

Le 05 Juil. 2019

Le festival gersois comble les amoureux des vieux sons 50’s à 70’s du rock’n’roll, rocksteady, rockabilly, ska, earlyreggae, rock 50’s, rhythm’blues, soul…

Rubriques :

L’événement gratuit Rock’n’Stock revient s’installer pour une 28e édition à Preignan, d’aujourd’hui jusqu’à dimanche. Trois jours de concerts et d’ambiance.


Cette année, la dimension internationale sera marquée par cinq groupes venant de la péninsule ibérique, Hexen, Kaleko Urdangak, The Kinky Coo Coo’s, Double Jabs et The Lucilles. Greg Lee arrive, quant à lui, directement des Etats-Unis et The Magnetics d’Italie.

Rock’n’stock s’est installé tous les premiers week-ends de juillet dans le paysage des festivals gersois depuis 28 ans, comme le rendez-vous immanquable du début de l’été pour les amoureux des vieux sons 50’s à 70’s du rock’n’roll, rocksteady, rockabilly, ska, earlyreggae, rock 50’s, rhythm’blues, soul.


L’image positive et fédératrice du festival amène une réelle plus-value culturelle sur ce créneau musical. Le festival a su s’imposer grâce à une programmation « dénicheur de talents » et « raretés en live ».

L’ouverture du festival revient à Hexen. Les explosives Vicky, Vir, Jone, Meri, Ainhoa vont déferler sur le Rock’n’stock. Les cinq basques, originaires de Euskal Herria, puisent leurs influences dans Combat 77, Cock Sparrer, The Gits, Bishops Green, Bovver 96, Runnin’ Riot, Zakarrak, Blitz.

 


C’est ensuite à l’une des têtes d’affiche de cette nouvelle édition d’entrer en scène : les frenchies de Fuzzy Vox. Le nom du groupe est une référence directe aux célèbres amplis Vox et aux pédales d’effets Fuzz, en hommage à l’âge d’or du garage rock. Influencé par les sixties, le trio de région parisienne arbore un rock libre et indépendant, à mi-chemin entre The Stooges et Supergrass.


Double Jabs est aussi à l’affiche de ce vendredi. Le groupe, espagnol, joue une musique dans la veine rocksteady et skinhead reggae. Il est constitué d’anciens de Flight 404, The Kinky Coo Coo’s, The Oldians, Soweto 60’s Official ou The Blackstarliners…

 


Les Magnetics enflammeront également la scène durant la soirée avec leur mélange de sons vintage jamaïcains, de ska des années soixante, de rocksteady, mêlés avec de la soul et du rhythm’n’blues.


La journée du samedi réserve des surprises aux afficionados : Greg Lee se produira le soir. Greg Lee n’est nul autre que l’un des chanteurs d’Hepcat, l’emblématique groupe de ska-reggae né en 1989 à Los Angeles. Il sera accompagné sur scène par The Kinky Coo Coo’s, qu’on ne présente plus dans le milieu du ska-rocksteady espagnol.


Le public pourra ensuite découvrir Kaleko Urdangak, un groupe basque de skinhead rock’n’roll, oi ! Ils abordent dans leurs textes la culture basque, leur quotidien, leurs états d’âme et leurs revendications en basque, espagnol et anglais. The Lucilles proposeront, eux, leur soul et rhythm’n’blues.

Enfin, le dimanche 7 juillet, tout le monde se retrouvera pour une dernière journée de concerts mais aussi d’une scène ouverte à partir de 11 heures.

Informations sur le site internet – cliquez ici

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *