Cofim
L’information en Béarn du 12/04/2019
Partenariat Presselib en partenariat avec
Partenariat Presselib

Le poids des entreprises d’ici

Leur impact social et sociétal sur leur territoire va bien au-delà des emplois qu’elles génèrent directement. Le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne l’a fait évaluer…

La Banque mutualiste a fait réaliser le calcul de son « empreinte » socio économique par Utopie, un cabinet indépendant spécialisé dans le domaine de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Intéressant.


Rencontre avec Jean-Paul Mazoyer, directeur général de la Caisse régionale, acteur majeur du territoire. Proximité, lien, utilité, transitions et innovation…Le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, qui couvre le Pays Basque, le Béarn, la Bigorre et le Gers, est parmi les grands employeurs sur ces territoires, avec 1.813 collaborateurs. Le cabinet Utopie fait ressortir un élément évident, même s’il est souvent oublié, chaque salarié d’une entreprise est un client qui consomme ici et contribue à faire tourner l’économie locale.

Pour la banque coopérative cet impact est d’autant plus intéressant qu’il se répartit sur l’ensemble du territoire grâce à son implantation (138 agences) dans les villes et les villages. Un apport d’autant plus significatif dans des zones rurales que toutes les agences sont non seulement maintenues mais aussi modernisées.


Le choix de faire appel à des entreprises et des artisans locaux, à plus de 80%, pour réaliser ses travaux est une contribution de taille. Au total, le plan d’investissement représente 84 millions d’euros et donc près de 70 millions ont été ou seront injectés dans l’économie locale.

Le siège de Serres-Castet (ci-contre), les sites administratifs de Tarbes et Auch, et le réseau d’agences sont concernés. De quoi créer de la valeur ajoutée, de la richesse et de l’emploi.

 


Marc Didier, président, et Jean Paul Mazoyer, directeur général

Par son activité de financeur, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne participe aussi à dynamiser l’économie locale. Que ce soit en permettant aux particuliers de réaliser des investissements qui feront travailler à leur tour des entreprises locales ; ou que ce soit en soutenant des projets d’entreprises qui vont créer des emplois et générer de l’activité ainsi que de la consommation ici.


L’agence Utopie a chiffré cette valeur ajoutée : « Concrètement cela représente 4 milliards d’euros de contribution au PIB (produit intérieur brut), dont 1,7 milliard sur le bassin de l’Adour. Mais aussi 61 millions d’euros d’impôts reversés chaque année. Quand la banque finance 61.000 euros, cela se traduit par un emploi soutenu. Au final, ce sont 57.876 emplois soutenus en France grâce au Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, dont 23.469 sur son territoire (64, 65 et 32) ».

Au-delà de ces chiffres éloquents, cette « empreinte » est largement amplifiée par la volonté d’accompagner les transitions, professionnelles et personnelles, imposées par de nombreux bouleversements liés au numérique, aux énergies renouvelables, etc. « D’accompagner également les projets, les idées, les innovations et l’entreprenariat ».


Pour être complet, il faut ajouter les nombreux soutiens directs apportés aux clubs sportifs, les grands comme les petits, et aux associations oeuvrant dans tous les domaines. Les différents partenariats ainsi engagés par les entreprises locales sont absolument vitaux pour ces clubs et associations.

Tout comme le mécénat des entreprises. Ainsi, avec sa Fondation, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne consacre désormais plus de 1,8 million d’euros chaque année pour soutenir les initiatives des associations locales.


Cette estimation de l’empreinte socio-économique des entreprises sur leur territoire permet à chacun de mieux mesurer leur contribution positive, bien loin des caricatures trop souvent véhiculées.

L’initiative du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne mériterait d’être reprise par d’autres entreprises majeures implantées sur le bassin de l’Adour.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *