INDEX

La saga Eovest, signée Jean-Robert Cazeaux

Le 05 Déc. 2018

Président du Stade Montois, ce chef d’entreprise du bâtiment a développé un groupe qui emploie 250 personnes en Aquitaine et poursuit une progression spectaculaire…

Créée en 1995, l’entité-mère Eovest, domiciliée à Bruges (Gironde), regroupe 6 filiales dont les activités couvrent tout le spectre des métiers du bâtiment, du gros-œuvre à la promotion immobilière.


Le 22 novembre dernier, pour arroser les 30 ans de Delta Construction, sa plus ancienne société, Eovest a publié un dossier retraçant sa riche histoire, ainsi qu’un communiqué soulignant la nette progression de son chiffre d’affaires, qui devrait franchir dès cette année la barre des 100 millions d’euros, contre 82 en 2017.


Et ce n’est pas tout. L’an dernier, Eovest a remporté en juin le marché de la reconstruction du cœur de vie du régiment de la 13ème demi-brigade de la Légion Étrangère, sur le plateau du Larzac. Un marché important (20.000 m2 sur 36 mois) qui lui permet d’ores et déjà d’annoncer une croissance de 20 % pour 2019 : les revenus d’Eovest devraient annuellement s’établir autour de 120 millions d’euros pendant les 3 prochaines années.

Et puisqu’on fête les 30 ans de Delta Construction, le groupe prend évidemment un malin plaisir à pointer du doigt « une progression tri-décennale de 1.480 % ». Forcément, vu sous cet angle…


Nouvelle génération à la barre…

Pour Eovest, l’année 2017 avait été celle d’un passage de témoin, puisque Jean-Robert Cazeaux, fondateur du groupe, a pris un peu de recul et placé ses deux enfants à la tête du navire.

Audrey Cazeaux est maintenant directrice générale du groupe et gère son activité restauration, tandis que Frédéric Cazeaux, par ailleurs en charge des activités immobilières et de construction du groupe, a pris la présidence du directoire et déjà mis en place une charte éthique en forme de « code des bonnes pratiques ».


Jean-Robert Cazeaux, âgé de 65 ans, peut maintenant se dire « retraité du BTP mais pas du sport », puisqu’il est toujours président et gestionnaire du Stade Montois Rugby Pro, devenu filiale du groupe.

Le club, qui fête quant à lui ses 110 ans, emploie aujourd’hui 60 salariés. Et l’on peut dire que son management est en béton, puisqu’avec un budget relativement modeste, cela fait 3 saisons qu’il parvient à se glisser en phase finale de Pro D2.


Ce qu’on peut souhaiter au fondateur pour les 30 prochaines années de son groupe ? « Créer des emplois, consolider les budgets, réinvestir pour gagner, se diversifier et essaimer nos valeurs dans les territoires, continuer à partager la croissance avec toutes nos équipes… »

Tout un programme…

Plus d’informations sur le site de Eovest – cliquez ici

Dossier spécial 30 ans – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *