INDEX

Un Tempo Latino gersois de feu

Le 28 Juil. 2017

Vic-Fezensac propose quelques belles affiches : après Puerto Candelaria et Calypso Rose place à un hommage latino à Michael Jackson

Rubriques :

On attend, jusqu’au 30 juillet, quelque 60.000 festivaliers dans le Gers pour la 24ème édition de ce festival haut en couleur, en chaleur et en émotions qu’est Tempo latino, le premier rendez-vous européen de musiques latines afro-cubaines. Et cette année encore, il va y avoir du rythme sur scène. Qu’on en juge…


Ce jeudi 27 juillet, c’est Puerto Candelaria a mis le feu à la Scène des Arènes. Un groupe de six musiciens qui s’est formé il y a dix-sept ans à Medellin, en Colombie, sous la conduite du compositeur Juancho Valencia. On le dépeint explosif, déroutant et surprenant ; il a d’ailleurs été la révélation du Womex 2016, avec sa nouvelle chanteuse, Maga la Maga. Il était suivi de La-33, un groupe venu de Bogota (de la calle 33, d’où le nom) de douze musiciens versés dans la salsa, que les festivaliers de Vic ont eu l’occasion d’applaudir à trois reprises.


Le lendemain, vendredi 28 juillet, on a pu apprécier la vedette incontestée du calypso, Calypso Rose (son vrai nom est McCartha Linda Sandy Lewis), originaire de l’île de Tobago, qui a été élue à cinq reprises « reine du calypso ».

A son actif, 60 ans de carrière, plus de 800 chansons et 20 albums, pour celle qui a mené les premières parties de Bob Marley, pour ceux qui se souviennent.


Ce samedi 29 aura une tonalité inhabituelle, puisqu’il sera consacré à un hommage latino à Michael Jackson, grâce au projet dénommé « Unity » mené par Tony Succar (né au Pérou mais vivant en Floride).

Quinze musiciens qui reprennent les grands hits de l’idole, arrangés à la manière latina, avec même aux manettes Brice Swedien, l’ingénieur du son historique de Michael !


Enfin le dimanche 30, on aura droit tout d’abord à l’Orkesta Mendoza, avec mambo, rancheras et cumbia garantis pur jus pour ce groupe très influencé par la variété mexicaine. Il sera suivi à 23h de Diego el Cigala, le chanteur de flamenco qu’on vit aux côtés de Paco de Lucia et Mercedes Sosa.

Au total, un festival parfaitement équilibré, qui devrait satisfaire les oreilles les plus exigeantes. Si on y sera ? Devine !

Informations sur le site du festival


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *