INDEX

Surprise en ovalie : le Racing et le Stade français fusionnent

Le 13 Mar. 2017

Cette décision dévoilée lundi matin redonne une chance à l’Aviron Bayonnais de rester en Top 14, et une chance supplémentaire de montée à Mont-de-Marsan et Biarritz – Les réactions sont nombreuses

Rubriques :

Les deux clubs parisiens ne feront plus qu’un dès la saison prochaine, avec comme objectif de passer la vitesse supérieure pour devenir la référence européenne. Cette fusion offrira une place supplémentaire dans le Top 14, ce qui pourrait profiter à Bayonne qui était condamné à la descente, mais aussi à Mont-de-Marsan et Biarritz, candidats à la montée.


Le secret avait été bien gardé et cette évolution illustre parfaitement la course à l’armement qui est enclenchée au niveau du rugby français. Inutile de dire que ce rassemblement des moyens financiers des deux clubs, sur le puissant territoire parisien et francilien va permettre de donner des moyens exceptionnels à la nouvelle entité.

Cette annonce a provoqué des réactions, parfois violentes, notamment du côté des joueurs et des supporters parisiens. En effet, cette fusion ressemble plutôt à un rachat du Stade Français par le Racing.


Voici le communiqué, publié ce lundi matin, qui donne le ton.

« Ces deux clubs phares de Paris et des Hauts de Seine, au-delà de la rivalité sportive qu’ils ont volontiers entretenue, ont bien d’autres points communs : un ancrage local et régional fort, une historique mission éducative, des liens ancestraux avec le mouvement olympique ou encore une inextinguible volonté de progresser dans tous les domaines.

« C’est fort de ces principes que les deux clubs posent les bases d’un projet de fusion en mettant en commun leurs ressources pour mieux faire face aux défis de la performance et de l’éducation.


« Cette association, effective dès la saison prochaine, doit donner naissance à un nouveau club qui préservera les racines du Racing 92 comme celles du Stade Français Paris tout en multipliant les moyens mis au service de la jeunesse et du rugby français.
 
« Consolidé par sa double culture, par la volonté farouche de ses deux présidents et son audience augmentée dans un bassin de population sans égal en France, ce nouveau club a vocation à s’inscrire dans la durée pour bâtir, jour après jour, une vraie référence ».


Le président du Racing (champion de France 2016), Jacky Lorenzetti, et celui du Stade Français (champion de France 2015), Thomas Savare, ont donc décidé seuls, en tant qu’actionnaires majoritaires des deux clubs. Il leur faudra cependant l’accord de la Fédération française, présidée par Bernard Laporte, qui attribue les licences pour participer au championnat.

Quoi qu’il en soit, c’est un véritable coup de tonnerre qui pourrait annoncer d’autres chamboulements majeurs du paysage actuel du rugby français. Il est clair que c’est la logique économique qui domine désormais, avec en permanence le risque de voir un partenaire-mécène majeur se retirer, mettant le club en grand danger.


Avec la disparition d’un club du Top 14, Grenoble (13e, 27 points) et Bayonne (14e, 22 points), distancés en position de relégables, peuvent reprendre espoir.

Reste à savoir comment sera attribuée la place qui se libère par la fusion des deux clubs de la capitale, si elle est confirmée.

Est-ce le 13e qui sera repêché ? Y aura t-il un barrage entre le 13e du Top 14 et le perdant de la finale d’accession de la Pro D2 ?

Cette formule donnerait une chance supplémentaire à Mont-de-Marsan et à Biarritz qui sont clairement en course pour la montée en Top 14.


Cette absorption du Stade Français par le Racing, pourrait bien fausser la dernière ligne droite du Top 14. Est-ce que le Stade Français va lâcher les matches ? Comment se passera la prochaine rencontre entre les deux clubs ? Beaucoup de questions sont posées…

Du côté des joueurs, plusieurs gros calibres du Stade Français et du Racing vont être sur le marché des transferts, ce qui pourrait faire l’affaire d’autres clubs.

Affaire à suivre donc dans les prochains jours, pour avoir la confirmation de a décision, et les modalités exactes.

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Cette fusion parait très surprenante quand on connait l’échec du cas Bayonne-Biarritz. En effet, il ne faut pas oublier que la fusion supposerait la création d’un nouveau club qui devrait en principe démarrer la compétition en série inférieure…car il n’est pas possible pour l’instant de créer spontanément une « écurie » en top 14 (ou ailleurs) sans passer par la case départ des exigences fédérales…Sinon ça se saurait. Ou alors l’un des 2 clubs se désisterait au profit de l’autre ? Mais qu’en est-il de l’avis des socios sachant qu’il s’agit des 2 clubs qui figurent parmi les plus anciens du rugby français… Enfin cette fusion parait très surprenante car la capitale a largement les moyens de se payer 2 clubs en top 14 ! attendons la suite et les remous qui vont s’en suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *