Abonnez-vous
Publié le
Créateurs et Passionnés

David Castera le brillant patron béarnais du Dakar

Dès son arrivée à la tête du mythique rallye raid, il a affiché son ambition de révolutionner l’épreuve. Il vise notamment une compétition 100% électrique à l'horizon 2030.
David Castera le brillant patron béarnais du Dakar
La 44e édition s’élancera depuis la capitale d’Arabie Saoudite, Ha’il, ce 1er janvier et arrivera à Jeddah le 14. L’enfant de Sauveterre-de-Béarn dirigera une nouvelle fois ce grand barnum composé de 700 véhicules (motos, quads, autos, SSV, camions et Classic) et de 3.200 personnes.

C’est la société d’organisation du Dakar, ASO, également à la tête du Tour de France cycliste, qui a décidé de lui donner les clés de l’épreuve en 2019, avec pour mission de la relancer au Moyen-Orient, après une longue aventure en Amérique du Sud. Un tournant majeur.

Lors de sa dernière édition comme concurrent, David Castera était associé à une légende du Dakar Stéphane Peterhansel, 13 fois vainqueur de l’épreuve, dont 6 fois à moto. Les deux champions s’étaient côtoyés comme motards chez Yamaha en 1997 et 1998.

A 46 ans, le Béarnais avait prévu d’arrêter le Dakar après le retrait de Peugeot, mais finalement « Peter » l’a convaincu de partir pour une nouvelle aventure avec lui et le Team X-raid à bord d’une impressionnante MINI John Cooper Works Buggy.

Un parcours exceptionnel…

David Castera n’est pas dépaysé aux commandes du Dakar, puisqu’il est devenu parallèlement un réputé organisateur d’événement avec sa société ODC Events. De manière encore plus importante avec la reprise, en janvier 2018, du Rallye du Maroc.

Il a commencé sa carrière sportive comme pilote professionnel d’Enduro et de rallyes raids. Champion de France d’Enduro National en 1992, il a été vice-champion du Monde d’Enduro Junior par équipe en 1993.

Tout en disputant les championnats de France et du Monde d’enduro, David Castera s’est lancé dans les rallyes raids en 1992 avec le Rallye de Tunisie, puis le Rallye Paris-Pékin à 21 ans (2 participations), le Rallye de l’Atlas, le Rallye Abu-Dhabi Désert Challenge et 5 Paris-Dakar avec une 3ème place en 1997.

Pris de passion pour les courses extrêmes, il s’est lancé dès 1993 dans la Gilles Lalay Classic (la course d’enduro la plus dure au Monde). Après avoir terminé 2 fois second, il la remporte en 2001 face à Cyril Despres.

En 2000, après avoir été président de son Moto-Club dans le Béarn, il crée sa société d’organisation d’événements et devient le promoteur de la FFM pour le championnat de France d’enduro et de cross-country. Il crée en parallèle le Shark X Trem, un raid aventure multisports par équipe de 2. Il organise également des balades moto, des essais presse, des séminaires et des Rallyes pour moto de route.

Vers un rallye vert…

Le Dakar 2022 se disputera en Arabie Saoudite pour la troisième année consécutive. Dès cette édition, une nouvelle catégorie fait son apparition pour les voitures et camions 100% électriques ou hybrides. L’objectif est d’aller vers une épreuve plus écologique avec des véhicules plus respectueux des éco-systèmes traversés.

En 2026, le Dakar devrait être réservé aux véhicules « zéro émission », sans gaz d'échappement. Entre temps, il faudra relever le défi de la fabrication d’électricité sur place. Sur le long terme, c'est vers l'hydrogène qu'il compte miser. A l'instar des 24h du Mans, qui mettent en place le projet MissionH24, David Castera espère que d'ici 2030, 100% du plateau fonctionnera avec cette énergie.

La révolution est en marche pour l'une des courses les plus emblématiques du monde, et cela grâce, notamment, à un Béarnais...

Informations sur le site internet du Dakar

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi