Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

Alibaba, géant du e-commerce, aux portes des Landes ?

Un bâtiment logistique de 71.000 m2 à Belin-Béliet en 2021 ? Le mastodonte chinois est fortement pressenti pour occuper les lieux. Et y créer plus de 300 emplois…
ALIBABA 1
Il y a deux ans, le promoteur Prd, spécialisé dans l’immobilier logistique, avait acquis 19 hectares sur place de la Communauté de Communes du Val de l’Eyre. Il reste en attente d’un permis de construire, mais le chantier pourrait être lancé début 2021.
  • Il y a tout juste un an, mi-juin 2019, le conseil de la Communauté de Communes du Val de l’Eyre (5 communes, 20.000 habitants) a approuvé à l’unanimité le projet d’implantation d’une nouvelle plateforme logistique sur la zone Sylva 21, à Belin-Béliet, aux confins de la Gironde et à la limite des Landes. Ce projet, porté par le promoteur, investisseur et aménageur Prd, consiste en la construction d’un vaste entrepôt de 71.000 m2 sur un site de 19 hectares, terrains acquis à bon prix par ledit opérateur il y a deux ans.

    Principal argument des promoteurs de ce projet : la création de 300 emplois directs associés à l’exploitation de cette plateforme, et ce sur un bassin de seulement 2.000 emplois. « Nous avons une typologie particulière avec beaucoup de couples qui s'installent chez nous pour être à l'aise, avoir de plus grands terrains et très souvent, la femme se voit contrainte de quitter son travail pour suivre son conjoint. Nous avons donc un taux de chômage important chez les femmes, mais aussi chez les jeunes qui rencontrent également une problématique de formation », a ainsi expliqué récemment Marie-Christine Lemonnier, maire de Belin-Béliet (5.500 habitants), à nos confrères de France Bleu.

    Bien entendu, cette nouvelle plateforme pourrait aussi entraîner la création d’un assez grand nombre d’emplois indirects (restauration, services, etc.).

    Alibaba sur les terres de Cdiscount ?

    Une demande de permis de construire avait été déposée au moment de l’approbation du projet par la Communauté de Communes, et devait aboutir courant juin cette année. Prd resterait en attente d’une validation de la Dreal. Avec les événements récents, les autorités pourraient finalement approuver ce projet au second semestre, si bien sûr sont apportées les garanties requises sur le plan environnemental pour ce type de plateforme. Le chantier de construction pourrait ainsi être lancé au tout début de l’année prochaine.

    Ces derniers jours, des informations sur l’identité du futur exploitant de cette plateforme circulent : il s’agirait bien du géant chinois du e-commerce Alibaba (qui a déjà rattrapé Amazon), qui viendrait donc « chasser » sur les terres de son concurrent français Cdiscount, installé un peu plus au nord, du côté de Cestas. Une révélation qui ne surprend guère, puisqu’il se murmurait depuis un moment qu’Alibaba souhaitait s’implanter dans la région.

    Pour autant, les parties prenantes n’ont encore rien confirmé officiellement, et l’on ne sait pas encore si l’e-commerçant occupera bien toute la surface de cette plateforme logistique XL, qui sera idéalement située, à proximité de l’A63.

    Quoiqu’il en soit, les indices ne manquent pas pour confirmer ces révélations. Prd a ainsi déjà déposé en 2018 un permis pour une implantation dans le Nord, entre les communes d’Illies et de Salomé, afin d’y bâtir 96.000 m2 sur 32 hectares, vraisemblablement pour le même Alibaba. En France, on sait qu’Alibaba est déjà installé à Paris, et plus loin, il est en train de travailler à la construction de son hub logistique européen en Belgique, du côté de Liège.

    Bref, il semble bien que le champion chinois soit prêt à monter en puissance sur notre continent. On rappelle que Jack Ma, fondateur d’Alibaba, aime bien notre région, où il a déjà acquis le Château de Sours dans le Bordelais. Lire notre article, cliquez ici

    Enfin, on ne sait quel autre acteur du e-commerce ou de la distribution classique pourrait en ce moment chercher à s’installer dans cette zone et sur une telle surface, le tout en tenant à rester prudent sur son identité.

    Alibaba, qui se porte financièrement très bien et ne paraît pas avoir beaucoup souffert du Covid, serait un bon candidat. Pour se développer dans l’Ouest, l’autre géant Amazon, qui n’est certes pas très présent sous nos latitudes et a opté pour un autre schéma logistique national, a plutôt l’air de se positionner dans le pays nantais.

    Bref, plus qu’à attendre l’obtention de ce fameux permis de construire pour voir si ces récentes révélations se confirment.

     

    À lire aussi