Abonnez-vous
Publié le
Contenu partenaire

Agrolandes, un puissant laboratoire d'innovation pas comme les autres

Installé à Haut-Mauco depuis 2019, le technopôle ne cesse de développer des projets innovants avec de nombreux acteurs des filières agricole et agro-industrielle.
Des personnes du technopôle Agrolandes réunies dans un bâtiment du site.
En trois ans, c'est plus d'une quarantaine de projets qui a été engagée sur le site d'Agrolandes. Des projets collaboratifs, structurants et dans l'intérêt de tous...

Initiée il y a près de dix ans par le Département des Landes, et officiellement concrétisée en 2019 avec l'ouverture de l'Agrocampus, le technopôle d'Agrolandes est un site vaste de 85 hectares dédié à l'innovation agricole et agro-industrielle. Un lieu qui regroupe des organismes publics et des entreprises privées, qui fonctionnent tous ensemble, les uns en soutien des autres.

C'est ce qui fait la particularité de cette démarche portée majoritairement par le Département des Landes, actionnaire majoritaire à 55%. « Dans cet écosystème d'innovation, 25% du capital est occupé par des entreprises actionnaires regroupées en GIE. Dans sa structuration, c'est sans équivalent », explique Hervé Noyon, directeur de l'Agrocampus.

Ainsi, on retrouve parmi les 35 actionnaires privés d'Agrolandes, des entreprises comme le Crédit Agricole Aquitaine, Aqualande, Maïsadour, Biolandes, Lafitte, Groupe Labat etc. « C’est la fine fleur des entreprises landaises. Elles sont au cœur de la dynamique projets développés par le technopôle et de ses initiatives ».

Des projets collaboratifs et d'intérêt général

« Agrolandes c'est un écosystème ayant pour objectif de faire émerger de nouvelles technologies, de nouveaux usages et de nouveaux modèles économiques directement au sein des filières ». Une vingtaine de filières agricoles et agro-industrielles est concernée : de la culture à l'élevage, en passant par la foresterie, les transformations animales, végétales, etc.

« L'objectif est de répondre aux enjeux de demain par des projets innovants. Nous travaillons ensemble. Si un projet ne concerne qu'une entreprise ou s'il crée de la concurrence entre deux ou plusieurs entités, cela ne nous convient pas », continue le directeur.

On peut citer la mise en place d'un pilote agrosolaire directement sur le site, qui réunit six entités. Autre exemple, la recherche d'une alternative aux biocides en élevage. Un projet porté et financé par 13 entreprises. Tous, développés directement dans les Landes. « Nous bénéficions d'une vaste surface expérimentale et d'activités de production. Finalement, Agrolandes est un banc d'essai à grande échelle à destination des agriculteurs et des industriels landais ».

Une offre complète

« Nous proposons une offre immobilière à la location comme à l'investissement », précise Hervé Noyon. Ainsi, pour accompagner au mieux ses adhérents, le technopôle Agrolandes accueille ses adhérents avec des infrastructures de qualité : un bâtiment de 1.600 m², riche d'une vingtaine de bureaux, d'une dizaine d'ateliers, de deux espaces de coworking, de salles de réunion et d'un espace dédié à la détente et à la restauration.

« L'Agrocampus héberge aussi un hôtel d'entreprises et plusieurs salles de réunion ouvertes à tous. Elles ne se limitent pas aux seuls secteurs de l'agriculture et de l'agro-industrie malgré le fait qu'ils restent notre priorité », précise le directeur, qui annonce notamment la création de quatre nouveaux bâtiments, dont un en lien avec l'Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA).

« Nous disposons aussi d'une offre d'accompagnement d'entreprise, qui se caractérise aujourd'hui par l'animation, la détection et l'accompagnement de startup, par des formations de courte durée, etc. Nous sommes aussi actifs dans la recherche vers des matériaux biosourcés et pour la filière bois ».

« C'est important et bénéfique pour tous, car cela donne de la valeur au territoire et aux entreprises. Agrolandes incarne parfaitement la stratégie de développement territorial par l'innovation : nourrir une ambition permanente de créer de nouvelles filières autour des secteurs de l'agriculture, de l'agro-industrie, et de faire émerger des écosystèmes créatifs », conclut le directeur d'Agrolandes.

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi