INDEX

Le Béarn dans le Tour de France, saison 3

Le 10 Nov. 2017

Pour Jacques Pédehontaà, la participation à la caravane est une réussite qui se confirme largement en termes d’image et de notoriété. C’est parti pour l’aventure 2017

Rubriques :

L’idée était osée, mais désormais plusieurs territoires sont tentés par l’aventure. Avec l’Agence d’attractivité et de Développement Touristiques (AaDT) des Pyrénées-Atlantiques, le Béarn va continuer d’innover au cœur de la mythique caravane du Tour de France.


Ce jeudi, Jacques Pédehontaà, vice-président de l’AaDT et chef d’orchestre de cette aventure, entouré d’Henri IV et de toute l’équipe mobilisée pour le Tour, a fait le bilan de 2016 et confirmé de belles ambitions pour la prochaine édition.

Les retombées médiatiques de la présence du Béarn dans la caravane ont été chiffrées à plus de 700.000 euros (contre 500.000 en 2016) ce qui confirme la pertinence et l’efficacité de cette stratégie de communication.


« D’une manière générale, l’image et la notoriété de la marque « Béarn Pyrénées » en sortent renforcés, même si nous savons que les résultats les plus importants viendront de la pérennité et de la répétition de cette action. Le Tour de France est une énorme caisse de résonance, tout à fait unique : des milliers de personnes au bord des routes, des audiences spectaculaires via les retransmissions dans le monde entier, mais aussi les reportages, de nombreuses opportunités pour mener des opérations de relations publiques… de quoi faire largement découvrir le Béarn avec un bon rapport qualité/prix » s’est réjoui Jacques Pédehontaà.

 


Sacré Henri IV…

Avec Raymond Poulidor

Une chose est sûre : Henri IV, çà fonctionne ! Le fait d’avoir choisi un personnage aussi célèbre et de l’incarner, plutôt que de mettre en avant une mascotte impersonnelle, déclenche beaucoup de sympathie. Au point que toutes les portes s’ouvrent dans les médias et dans le village, lors de chaque étape. Avec de multiples retombées.

« La présence du kayak sur un véhicule et la signature de Tony Estanguet apportent aussi une visibilité intéressante. Dans ces conditions, le Béarn parle à toute la France. Enfin, le drapeau béarnais et ses vaches portent parfaitement notre histoire. Nous pouvons être fiers de nos couleurs et les afficher encore plus clairement. Les grandes marques habituées de la caravane sont bluffées par ce que nous arrivons à faire malgré notre budget limité. Nathalie Beau de Loménie au niveau des relations publiques, et Marie-Laure Mestelan avec les réseaux sociaux ont su exploiter ces atouts de manière remarquable ».


Du nouveau en 2018

« Après cette deuxième édition, nous n’avons plus de doute sur la pertinence de notre présence dans la caravane, même s’il y a encore beaucoup de travail à faire pour être encore plus efficace. Le concept du Village béarnais, testé sur 3 étapes à Pau, au Puy-en-Velay et à Paris, est bon. Nous le renforcerons cette année en proposant une vitrine bien plus complète de ce que nos savoir-faire, et en ciblant certaines étapes stratégiques » insiste le vice-président de l’AaDT.


En plus de Paris et du 64 (où le Tour passe 4 jours), le départ en Vendée et le passage en Bretagne accueilleront certainement le Village béarnais. Ce sera une excellente occasion de frapper un grand coup sur ce bassin de clientèle privilégié pour le Béarn, d’autant plus avec le développement des liaisons avec Chalair.

Autre piste, la Cité de Carcassonne pour le jour de repos avant l’arrivée dans les Pyrénées. Jacques Pédehontaà espère bien convaincre de nombreux producteurs, artisans et entreprises de venir étoffer ce village. Histoire de promouvoir une belle vitrine du Béarn. « Il y aura ainsi tous les ingrédients pour que la sauce béarnaise prenne bien ».


« Je voudrais terminer en saluant toute l’équipe qui fait un travail extraordinaire, dans des conditions difficiles : elle est la clé de la réussite de cette aventure béarnaise dans la Grande Boucle ». Une conclusion pleine d’émotion de la part de Jacques Pédehontaà.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *