Abonnez-vous
Publié le

PAUSE CAFEDu côté d’ailleurs… Et réciproquement !

Qui se souvient des facéties du duo improbable Francis Blanche et Pierre Dac ? Gracianne nous invite à un petit voyage dans ce temps pas si lointain où l’on riait encore simplement. Billet suranné à souhait mais ô combien vivifiant !
Portrait de Pierre Dac

J’ai conscience que les moins de trente ans ne goûteront pas la saveur drôle et surannée de ce billet. Peut-être même certains ne sauront absolument pas de qui je parle. Pourtant, l’humour est demeuré résolument d’actualité. Il continue de nous titiller. Mais aujourd’hui, il serait taxé de tous les maux du monde, et probablement traîné devant une cour de justice pour atteinte à… une liste sans fin.

Son vrai nom était André Isaac, mais les plus anciens d’entre nous l’ont connu sous le pseudonyme fameux de Pierre Dac. Né en 1893 à Châlons-sur-Marne, il perdit son frère aîné sur le front en 1915 et lui-même y fut blessé au combat. À la tête de l’hebdomadaire satirique L’Os à moelle, ou de l’émission de radio La Société des Loufoques, c’est surtout dans son duo avec Francis Blanche qu’il a touché les étoiles de la légende. Signé Furax, Bons baisers de partout, Malheur aux barbus, autant de feuilletons radiophoniques qui ont fait rire la France entière. Le Schmilblick, ne cherchez pas, c’est lui qui l’a inventé ! Aujourd’hui, pour retrouver un peu de ce temps où on se marrait quand même hachement plus librement, petite collection des perles de Pierre Dac :

  • Il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot, mais de l’âne derrière le volant.

  • En vélo, pourquoi se fatiguer à monter la côte quand il suffit de se retourner pour descendre.

  • Belle-mère à l’arrière, voyage en enfer.

  • Ce ne sont pas les enfants sur la banquette arrière qui font les accidents, mais bien les accidents sur la banquette arrière qui font les enfants.

  • Il ne faut pas boire au volant, il faut boire à la bouteille.

  • L’argent n’a pas d’odeur mais quand on n’en a pas, ça sent la merde.

  • Quand tu t’adresses à une femme, il faut un sujet, un verbe et un compliment.

  • Les femmes qui se vantent d’être courtisées par beaucoup d’hommes ne devraient pas oublier que les produits à bas prix attirent beaucoup de clients.

  • La cravate est un accessoire permettant d’indiquer la direction du cerveau de l’homme.

  • Les hommes sont comme les arbres : avec l’âge ils deviennent durs de la feuille et mous de la branche.

  • Si un homme ouvre la portière de sa voiture à sa femme, c’est que l’une des deux est neuve.

  • Pour les riches, des couilles en or. Pour les pauvres : des nouilles encore.

  • Le suppositoire est une invention qui restera dans les annales.

  • Un comprimé n’est pas forcément un imbécile récompensé.

  • Dites à quelqu’un qu’il y a 300 milliards d’étoiles dans l’univers et il vous croira. Dites-lui que la peinture n’est pas sèche et il aura besoin de toucher pour en être sûr.

  • Certains jouent aux échecs, d’autres les collectionnent.

  • Il n’a pas inventé la poudre, mais il n’était pas loin quand ça a pété.

Cette dernière est franchement de mes préférées. Certainement parce que j’en connais pas mal (non, non, à moins d’un chèque à six zéros, je ne balancerai pas de noms, bon allez 5 zéros mais c’est bien parce que les temps sont rudes…). Et pour conclure dans un autre rire, je ne résiste pas au bonheur de vous inviter à regarder cette vidéo où Pierre Dac interprète une grandiose madame Arnica. Un humour intemporel que goûteront aussi les jeunes, j’en suis certaine… (ou pas). D’acco’Dac ?

Commentaires (2)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Jérôme Ayné
il y a environ 2 mois
Merci Gracianne !!! Nous en avons besoin. Bone semaine à vous et à l'équipe
Gracianne Hastoy
il y a environ 2 mois
Merci pour l'encouragement ;-) Très belle semaine à vous.

À lire aussi