Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

ENTREPRISE D’ICI - Materr’up, un béton vert et bien en chaire

La startup de Saint-Geours-de-Maremne, qui produit des bétons bas carbone, est à l’initiative de « Constructerr’ », avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour...
ENTREPRENDRE ADOUR MATERRUP
Créée il y a 3 ans et installée sur le technopôle Domolandes, Materr’up propose une nouvelle génération de bétons à base de terres d’excavation ou de ciment d’argile. En fin d’année dernière, elle a levé 3 millions d’euros pour recruter et bâtir une usine.

Materr’up est sans conteste l’une des startups landaises à suivre. Créée en 2018, la jeune entreprise est pilotée par 3 associés aux profils complémentaires, à savoir Charles Neuville (docteur en physique-chimie, ancien ingénieur chez Lafarge et Total), son frère Mathieu (qui a opéré dans le secteur bancaire) et Manuel Mercé (docteur en chimie). Tout ce qu’il faut pour nourrir des ambitions… en béton.

En octobre dernier, elle a levé 3 millions d’euros pour réaliser une dizaine de recrutements et pour bâtir l’usine landaise qui lui permettra d’industrialiser sa production de bétons autoplaçants à base d’argile de carrière ou de terres d’excavation.

Ces bétons brevetés auraient un impact carbone deux fois moindre que leurs équivalents classiques, avec pour avantage de pouvoir être produits à proximité des chantiers, et ainsi de limiter les coûts économique et écologique de leur transport. La nouvelle usine pourrait être opérationnelle en fin d’année. L’ambitieuse jeune pousse viserait même les 30 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023.

Première chaire du bâtiment portée par une startup…

La semaine dernière, Materr’up s’est encore signalée en signant un partenariat inédit avec E2S UPPA (consortium de l’Université de Pau né du programme d'investissements d'avenir de l’État et spécialisé dans la transition énergétique) et la Communauté Pays Basque. Ce partenariat porte sur la création d’une nouvelle chaire industrielle, baptisée « Constructerr’ » et que la startup financera à 55%.

Cette chaire, dirigée par le chargé de recherche Fionn McGregor, étudiera les propriétés des nouvelles générations de béton en termes de confort hygrothermique et de qualité de l’air, de recyclabilité et de modélisation, ainsi que la « création de nouveaux systèmes de construction en couplant le béton d’argile à d’autres matériaux tels que le bois et les isolants biosourcés ».

À cette chaire d’une durée prévue de 5 ans, seront bientôt rattachés deux doctorants et deux post-doctorants. L’agglo basque co-finance la chaire car elle sera fixée à Anglet, du côté de l’ISA BTP. « C’est la première chaire industrielle européenne dans le secteur du bâtiment qui est portée par une start-up », explique Materr’up, dont le projet « s’inscrit dans le contexte réglementaire de la RE2020 », nouvelle réglementation environnementale touchant aux bâtiments neufs et visant à en diminuer l’impact carbone.

Le partenariat a été signé en présence de Mathieu Neuville (Materr'up), Christian La Borderie (UPPA ISA BTP), Isabelle Baraille et Gilles Pijaudier-Cabot (E2S UPPA), Jean-Pierre Laflaquière (Communauté Pays Basque) et Fionn McGregor.

On rappelle que le béton représenterait aujourd’hui 4 à 8% des émissions de CO2 dans le monde… Materr’up espère proposer des bétons locaux dans la région d’ici 2022.

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

Pour lire notre dernier article sur la construction écoresponsable, c’est ici

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.