Abonnez-vous
Publié le
Créateurs et Passionnés

TALENT - David Libespère, star des cocktails

Tout quitter pour tout recommencer ailleurs, c’est le pari gagné de cet ancien ambulancier de Roquelaure. A New York, le Gersois affole les papilles américaines…
LIBESPERE 0
Il y a plus de vingt-cinq mille bars à New-York, et le 67 Orange Street, spécialisé dans les cocktails à Harlem, est classé douzième parmi les meilleurs.

Pourtant, lorsque David Libespère y est embauché il y a quatre ans, l’établissement n’était pas au mieux de sa forme.

Est-ce la “French touch” ou l’audace de ce Roquelaurois qui séduit la clientèle, au point que les médias et critiques gastronomiques s’y intéressent très rapidement ?

Devenu aujourd’hui copropriétaire des lieux et directeur du bar, rien ne le prédestinait pourtant à devenir le Mister Cocktail dont tout le monde parle. Il aura suffi qu’une collègue lui conseille d’appeler son frère qui tient un restaurant à New-York, il y a douze ans, pour que son parcours professionnel change radicalement d’orientation.

« Je ne savais pas quoi faire dans ma vie, jusqu’à ce que je prenne l’énorme risque de tout quitter, et de recommencer à zéro dans un pays inconnu, raconte David. Je dirais que ça n’a pas été facile, mais en se donnant à 100% tous les jours et en travaillant dans ce qu’on aime le plus, on peut y arriver ».

Sans connaître un mot d’anglais, il est employé dans ce restaurant français, avant d’être embauché trois ans plus tard dans un établissement italien qui lui laisse le soin de composer ses propres cocktails. Il se prend alors de passion pour l’art de mixer les différentes boissons, qui le poussera à toujours s’améliorer.

Une aventure en conseiller pour établissements de boissons - de quelques mois seulement - à Miami plus tard, il regagne New York, où le 67 Orange Street fait appel à lui pour redresser une situation plutôt mal en point.

À la liste des cocktails “classiques”, David ajoute sa touche personnelle – et un peu d’armagnac bien sûr - en changeant les ingrédients, et propose une carte, en plus de quelques plats revisités sur le menu.

Parmi les stars de l’établissement, le Legrand Old fashioned, et le Rosa Park. « Le premier est un cocktail de Karl, mon associé. C’est une variante du Old fashioned, composé de Redemption High Rye Bourbon, Bénédictine et bitters de pomme. Le deuxième fait partie de mes compositions, il contient gin, jus de citron frais, sirop d’hibiscus, blanc d’œuf et poudre de rose » explique David.

Ce sont les habitués et les touristes qui en font le mieux la publicité, jusqu’à attirer l’attention des médias il y a peu, au point d’être classé aujourd’hui parmi les meilleurs bars de la ville, et des États-Unis.

C’est dans le quartier de SoHo, l’un des plus populaires de New York, qu’un deuxième établissement doit voir le jour en début d’année prochaine, après qu’un investisseur propriétaire d’un immeuble en ait fait la demande.

Les cocktails du jeune Frenchy self made mixologiste n’ont pas fini de faire parler d’eux !

Informations sur le site internet du 67 Orange Street

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.