SINGLE CREATEUR

La famille Hayedot et la Chaiserie Landaise

Le 11 Juin. 2021

Basées à Peyrehorade, Marie-Pierre et Karine ont donné un nouvel élan à cette entreprise au savoir-faire artisanal enrichi par une expérience de plus de 150 ans…

Depuis sa création en 1850 sous le nom de La Chaiserie Béarnaise, cinq générations se sont succédées à la tête de ce qui est devenu au fil du temps La Chaiserie Landaise.


« Notre savoir-faire, paillage et bois tournés, est un héritage transmis de génération en génération. Les différentes étapes de fabrication sont gérées en interne : depuis l’achat du bois, le débit, l’usinage, le ponçage, l’assemblage, le vernissage et enfin la tapisserie, le paillage ou le cannage jusqu’à la sculpture ou la gainerie cuir. Nos ébénistes attachés au sens du travail allient le savoir-faire artisanal français à la modernité du design ».

La Chaiserie Landaise s’attache à respecter de nombreux engagements. Tout d’abord, celui de la mise en valeur d’une économie locale. « Notre volonté de produire local devient un atout face à la mondialisation, et nous rend légitimement écoresponsables », développent les deux soeurs. « Notre identité régionale, notre singularité et notre diversité sont aujourd’hui nos forces et nos valeurs ».


Ainsi, la Chaiserie Landaise n’utilise que des produits français et, si possible, locaux. Pour le bois, elle se tourne vers des forêts françaises durablement gérées, dans lesquelles pour chaque arbre arraché, un arbre est replanté. Chêne, noyer, hêtre ou encore merisier sont utilisées dans la confection des chaises de l’entreprise. Pour le paillage, ce sont des roseaux qui sont utilisés.

Cet ensemble de matières naturelles permet aux produits de la Chaiserie Landaise d’être écoconçus et entièrement recyclables. Ainsi, l’impact écologique est le plus faible possible, et les matériaux utilisés peuvent bénéficier d’une seconde vie, voire d’une troisième, etc.


Tous ces engagements, additionnés à l’ancienneté de l’entreprise et à sa qualité de production, ont permis à La Chaiserie Landaise d’être labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant. Une distinction qui la fait entrer dans un cercle d’entreprises françaises dont les savoir-faire sont reconnus.

Marie-Pierre et Karine Hayedot n’ont tout de même pas attendu ce label pour ouvrir leur entreprise vers de nouveaux horizons. En effet, dès leur arrivée en 2005, les deux femmes commençaient à collaborer avec des designers reconnus, afin de créer des meubles uniques. Un fonctionnement devenu très répandu au sein de l’entreprise depuis une dizaine d’années maintenant.


La Chaiserie Landaise a ainsi pu offrir des produits imaginés avec Christophe Delcourt, ou Bruno Moinard, deux grands décorateurs. Ces productions ont séduit des client très célèbres, comme Mick Jagger, qui a fait l’acquisition de sièges tout droit venus de Peyrehorade.

Les deux entrepreneuses souhaitent continuer à développer ce trésor familial, en créant une seconde marque, sobrement intitulée Hayedot. Cette dernière proposera des produits plus orientés vers les jeunes, visuellement modernes et dont les prix seraient plus abordables. Affaire à suivre.

Plus d’informations – cliquez ici


 

2 commentaires au sujet de cet article

  1. Une bien belle entreprise, dont les origines sont au village de Came, sur les bords de la Bidouze, dont le grand-père Robert était issu.
    Ce village, qui a été considéré longtemps comme étant le premier village artisanal de fabrication de chaises, est une référence au niveau européen, voire mondial. Il y a été porté par les savoir-faire ancestraux de quelques familles qui ont marqué son histoire : Gestas, Genèze, Lataillade, Malou, et bien entendu… Hayedot !
    Dans ce monde artisanal, régulièrement bousculé par les grandes industries du meuble, il est heureux et rassurant de voir qu’une place est encore possible pour de tels savoir-faire devenus extrêmement rares. Qu’une longue vie professionnelle soit accordée à Marie-Pierre et Karine à la tête de cette entreprise qui fait honneur “au métier”.

  2. Bravo Yvan pour ce commentaire.
    Félicitations à ces 2 jeunes filles, qui perpétuent avec brio cette fantastique lignée familiale…Nos instances locales, régionales devraient promouvoir en permanence la notoriété de ces entreprises de ce type. Et bien sûr nous aussi, nous valorisons ainsi notre terroir.
    Avec toute ma reconnaissance pour ce travail déjà accompli et en cours.
    Bernard Ménez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *