INDEX

Entreprise d’ici - À Vic-en-Bigorre, Sojalim le chaînon indispensable

Le 08 Sep. 2019

Entre production de soja 100% français non OGM et alimentation animale, la société confère une valeur ajoutée à la graine, grâce à un procédé innovant…

Face aux importations massives de soja, la filière s’est structurée autour de la charte « Soja de France ». Avec en tête de pont, l’usine Sojalim, née en 2017 de la volonté de la coopérative Euralis et du groupe Avril.


À Vic-en-Bigorre, la société triture les graines de soja afin de produire tourteaux, coques et huiles qui viendront alimenter les élevages de porcs, volailles et ruminants de la région.

Au milieu des protéines végétales, véritable enjeu environnemental dans l’alimentation de demain (grâce à une plus faible consommation en énergies fossiles que les protéines animales), le soja est la petite graine montante qui focalise toutes les attentions.


Peu gourmande en fertilisants azotés et reconnue comme étant favorable à l’amélioration de la qualité des sols, de plus en plus d’agriculteurs l’ont adoptée, encouragés par la PAC à diversifier et alterner les semences.

Pour satisfaire les besoins du territoire, tout en réduisant sa dépendance face à la concurrence internationale, les acteurs de la filière ont décidé de se structurer autour de la charte « Soja de France », élaborée par Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales, en garantissant un soja sans OGM.

De par leur climat propice, les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie représentent le premier bassin de production français, avec 55% du rendement national.


À Vic-en-Bigorre, l’usine Sojalim, née en 2017 de la volonté de la coopérative Euralis et du groupe Avril, triture les graines de soja afin de produire tourteaux, coques et huiles qui viendront alimenter les élevages de porcs, volailles et ruminants de la région.

Avec une capacité de 25.000 tonnes de graines par an, dont 5.000 biologiques, Sojalim, cette deuxième plus grosse entité de trituration de soja en France, a reçu l’appui de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, qui voit en elle l’outil régional indispensable au développement de cette culture d’avenir dans le Sud-Ouest.


Basé sur le site de fabrication d’aliments pour bétail Sanders-Euralis, Sojalim est considérée comme le chaînon nécessaire et indispensable entre production végétale et débouchés pour la filière animale. Local, son outil de transformation est donc bénéfique à l’environnement. Innovant, il permet de dépelliculer la graine récoltée, enrichissant par là sa teneur en protéine.

Une valeur ajoutée qui a de quoi rassurer et satisfaire pleinement les consommateurs français, souvent inquiets face à l’invasion de produits à base de soja OGM venus de tous pays.

Informations sur le site Internet – cliquez ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *