INDEX

La fabuleuse énergie de France Ginseng

Le 06 Sep. 2020

Face à une demande croissante, le seul producteur français et européen envisage deux nouvelles centrales. Un investissement participatif ouvert aux habitants…

Tout commence en 2010, lorsque quatre amis, dont l’ancien joueur international de rugby Yannick Jauzion, se lancent dans une drôle d’aventure : faire pousser du ginseng en France, une plante que l’on a plutôt tendance à associer à la culture asiatique.


Mais impossible n’est pas français. Surtout lorsque les savoir-faire s’en mêlent. Yannick, fils d’agriculteurs, a lui-même une formation d’ingénieur agronome. Consommateur de cette plante médicinale réputée stimulante et tonifiante, il souhaite en produire pour éviter d’avoir recours à des produits venus de très loin, difficilement traçables.


Pour s’épanouir, le ginseng a besoin d’ombre et de fraîcheur. Pas vraiment le climat approprié en Occitanie. Qu’à cela ne tienne : des ombrières photovoltaïques serviront à protéger les cultures et maîtriser les apports en eau, tout en produisant de l’électricité.

Après des années de recherche expérimentale et de patience autour de la première récolte, le site pilote de France Ginseng, basé à Seysses, en région toulousaine, devient le seul producteur européen de Panax ginseng C.A. Meyer. En 2017, sa marque Jardins d’Occitanie commercialise les compléments alimentaires issus de productions locales de qualité, respectueuses de l’environnement.


En 2019, les racines de ginseng rouge obtiennent le Trophée Argent Innovation BIO 2019 au salon international des produits biologiques Natexpo, dans la catégorie des « compléments alimentaires » (la production de ginseng est actuellement en cours de certification BIO par l’organisme certificateur agréé).

Le succès sera amplifié cette année, lorsque l’acheminement des matières premières venues d’Asie ou d’Amérique du Sud sera stoppé par la pandémie de coronavirus. Alors que les autres laboratoires se voient contraints d’arrêter la production, France Ginseng voit ses ventes augmenter de 40%.


Pour répondre à la forte demande croissante, France Ginseng souhaite donc étendre ses surfaces de production dans le Sud-Ouest, à travers deux projets de centrales photovoltaïques, dont l’une sera implantée sur les terres de l’école d’ingénieurs de Purpan.

L’installation de Seysses sera constituée de 18.070 panneaux solaires, celle de Purpan de 18.122. Leur puissance totale installée de 13 MWc permettra de produire annuellement 16.545 MWh d’électricité, soit l’équivalent des besoins en énergie de 2.384 Français.


Exploitation dans les Landes

Le coût total s’élève à 16,5 millions d’euros ; l’Agence régionale Energie Climat Occitanie ainsi que Midi Energy (fonds ENR de la Caisse d’Épargne de Midi-Pyrénées) participent aux côtés de Solvéo Energie, qui développe, construit, finance et exploite les installations photovoltaïques de France Ginseng.

Pour associer les citoyens à ces projets contribuant à la transition énergétique, un investissement participatif de 500 000 € (à partir de 10 €) a été ouvert en juin dernier. Il est réservé aux habitants de la Haute-Garonne, du Gers, des Hautes-Pyrénées, du Tarn, du Tarn-et-Garonne, de l’Aude et de l’Ariège, et reste ouvert jusqu’au 30 septembre 2020.


Informations sur le site internet, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *