INDEX

Lidl va créer une base régionale sur le bassin de Lacq

Le 03 Juil. 2020

La plateforme de Lidl emploiera 300 personnes. Un investissement de 70 millions d’euros qui s’ajoute aux projets lancés à proximité par Total, Teréga, Suez ou encore Fonroche…

La nouvelle a été annoncée ce lundi par le directeur régional de Lidl et les élus de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez (CCLO) : l’enseigne s’installera dans 3 ans sur 25 hectares, entre Bésingrand et Pardies.


La collectivité territoriale, qui s’est engagée pour la revitalisation du bassin de Lacq, s’assigne depuis plusieurs années pour stratégie de « maîtriser le foncier pour attirer les entreprises et reconquérir les terrains délaissés ». Elle a acquis 162 hectares de friches industrielles en 2018 : 115 seraient de nouveau occupés. Il s’agissait de ces terrains d’un seul tenant abandonnés par Péchiney et par le chimiste américain Celanese, respectivement en 1991 et en 2009.

Avec Chemparc, l’intercommunalité a imaginé un plan de développement pour cette zone et commencé à lotir ces vastes espaces d’entre les communes de Mourenx, Noguères, Pardies et Bésingrand : « 8 acteurs ont investi les lieux ou sont en passe de le faire à ce jour, injectant quelque 200 millions d’euros d’investissements et créant près de 450 emplois », explique la CCLO.

Avec les élus de cette dernière, son président Jacques Cassiau-Haurie était ce lundi matin présent sur place au côté de Ronan Bébin, directeur régional de Lidl, pour l’annonce d’un projet d’implantation de l’enseigne sur 25 hectares (10 à Bésingrand et 15 à Pardies). Un investissement de 70 millions d’euros qui devrait déboucher sur la création de nombreux emplois : 300 personnes travailleront sur place, 250 en logistique et 50 sur le volet administratif.


Une nouvelle base pour les pays de l’Adour…

Car en effet, le site abritera à la fois une direction régionale de Lidl et une plateforme logistique. Cette dernière sera en charge d’approvisionner les magasins des 4 départements de l’Adour (32, 40, 64, 65), tâche jusqu’ici dévolue aux bases logistiques bordelaise et toulousaine de Lidl.

Les équipes de la CCLO en charge de l’économie, du foncier et de l’urbanisme travailleraient depuis un semestre avec l’entreprise en vue de cette installation. Les bâtiments devraient être livrés en 2023. Le site prendra place à côté de la nouvelle ferme photovoltaïque de Total, dont la première « pierre » a été posée en octobre dernier.


D’autres projets sont par ailleurs en gestation ou en cours dans le secteur. On pense au projet de démonstrateur de méthanation biologique de Teréga, à l’unité de méthanisation de Fonroche ou encore au projet « Pavillon vert » de Suez (production d’électricité et de vapeur vertes). Air Liquide et les Laboratoires des Pyrénées et des Landes ont eux aussi déjà investi à proximité immédiate du futur site de Lidl.

« C’est bien grâce à cette vaste réserve foncière, bien desservie par les infrastructures de transport, que Lidl a choisi notre territoire », a expliqué Jacques Cassiau-Haurie, qui parle d’un « projet majeur » pour le bassin de Lacq-Orthez.


On ajoute pour finir qu’un magasin Lidl « nouvelle génération » ouvrira sur Serres-Castet le 22 juillet prochain, dans un nouveau bâtiment de 2.300 m2 (dont 1.300 de surface de vente). Ce magasin sera équipé en toiture de 900 m2 de panneaux solaires, ainsi que d’un système de gestion de l’énergie. Il emploiera une trentaine de personnes.

Voilà donc plusieurs bonnes nouvelles sur le front de l’emploi local. L’enseigne, à l’écoute des tendances de consommation, indique également poursuivre ses efforts en vue de s’appuyer sur des producteurs français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *