Abonnez-vous
Publié le
Créateurs et Passionnés

Ségneré, un fleuron industriel et familial au cœur de la Bigorre

Historiquement tournée vers l’aéronautique, l’entreprise d’Adé n’a pas hésité à innover et à se tourner vers l’impression 3D industrielle, en pleine pandémie…
SEGNERE 2
Alors que la crise sanitaire ébranlait le secteur aéronautique, et plus particulièrement la région Occitanie, les dirigeants ont décidé de riposter en investissant dans un laboratoire doté d’une imprimante NeoFab pour la fabrication additive. Un choix qui permet d’affirmer aujourd’hui que la PME est « sur les rails ».

Depuis sa création par Paul Ségneré en 1965, cette entreprise familiale s’est distinguée au fil du temps par son activité d’usinage, de tôlerie, de chaudronnerie mais aussi d’outillage et d’assemblage, en travaillant pour les plus grands constructeurs (Airbus, Dassault, Daher, Latecoère, Mahindra Aerospace…), participant même à la production de pièces du célèbre Concorde. En 2018, son chiffre d’affaires franchit la barre des 15 millions d’euros, et compte plus de 150 salariés avec ses filiales spécialisées.

Il fallait donc réagir, et vite, face à l’effondrement du trafic aérien mondial qui menaçait d’embarquer avec lui les entreprises sous-traitantes du secteur aéronautique. Forte de sa capacité à coordonner cinq métiers simultanément et d’un savoir-faire enrichi au fil des ans, la direction a convenu d’investir vers l’industrie du Futur en se tournant vers l’impression 3D industrielle.

En août 2020, en pleine tempête, un laboratoire a vu le jour avec l’accueil de trois jeunes ingénieurs et d’une imprimante Neofab dédiée à la fabrication additive. Une méthode de production supplémentaire, qui permet à Ségneré de développer une activité de prototypage de pièces à partir de matériaux composites haute performance, intégrant des contraintes en termes de poids, de forme, de fiabilité et résistance, et de répondre aux demandes des avionneurs de plus en plus soumises aux impératifs environnementaux. Le tout en réduisant la masse des éléments de structures fabriqués et le temps de fabrication consacré grâce à l’automatisation.

Un choix judicieux qui permet aujourd’hui à l’entreprise de se positionner comme chef de file de l’industrie du Futur sur le territoire Adour-Pyrénées, et de s’ouvrir à d’autres secteurs que l’aéronautique, comme le ferroviaire – Alstom et CAF font déjà partie des clients -, le secteur de la défense et de l’armement.

« Au-delà de l’innovation technique, le groupe Ségneré a l’ambition de poursuivre son développement dans des secteurs industriels hors aéronautique. Amorcée par le rachat de la SOFIP en 2014, structure dédiée à la diversification du groupe, la volonté d’ouverture du groupe prend une nouvelle dimension en 2021 avec une part du chiffre d’affaires croissante dans les secteurs ferroviaire et défense » souligne Kévin Criado, Development Manager du groupe.

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.