Abonnez-vous
Publié le

L’Astrada : 10 ans d’exploration artistique et de succès en milieu rural

La chanteuse Ayo, Cécile McLorin Salvant Quartet, Yannick Jaulin, Le Tartuffe, Julie Berès, Taksim Trio… et des surprises autour du gâteau d’anniversaire de la salle gersoise qui monte, qui monte !
ASTRADA 0
  • Même si son nom évoque inlassablement le film de Fellini et son inoubliable Zampano, la salle de spectacles de 500 places, qui a vu le jour en plein cœur du village de Marciac en 2011, a été baptisée L’Astrada, en référence à la traduction en langue d’oc du mot “destinée”. Penchée sur son berceau, de belles étoiles dont l’association Jazz in Marciac, à l’origine du célèbre festival au rayonnement international.

    Et “la petite” a rudement bien grandi, grâce à l’implication de toute une équipe, dont Fanny Pagès est à la tête depuis le 1er février 2018. Les labels attribués par l’État ont afflué au fil des ans, reconnaissant ses qualités sans cesse améliorées : Pôle d’Excellence Rurale, Grand Projet de Pays en Midi-Pyrénées, Pôle de rayonnement départemental, première – et seule - salle conventionnée pour le jazz en milieu rural, et depuis 2017, Établissement Public de Coopération Culturelle à caractère industriel et commercial. Aujourd’hui, L’Astrada a tout d’une grande.

    Loin d’être un simple lieu de diffusion, le nouveau projet impulsé par la directrice implique la création, la formation de professionnels, la mise en place d’un programme d’action artistique et culturelle, en plus de la consolidation de la filière jazz sur la région : accueil de compagnies en résidence, projets avec les établissements scolaires…toujours dans l’idée de nourrir la curiosité pour l’Autre, à travers la rencontre et le partage.

    Pour fêter ses dix ans, l’équipe souhaite continuer d’explorer la création avec le public, à travers des spectacles dont la pluridisciplinarité reste le maître- mot. « Cette saison anniversaire prolonge les chemins ouverts par l’Astrada il y a dix ans, en continuant d’observer le monde tel qu’il est, dans sa diversité, sa multiplicité, sa singularité… » souligne Fanny Pagès. Théâtre, danse, musique, cirque, humour… on y retrouvera des talents célèbres, et d’autres qui méritent amplement d’être placés sous les feux de la rampe.

    De belles surprises sont déjà programmées pour le lancement de la saison, le week-end du 2 et 3 octobre. À Plaisance-du-Gers, voisine de Marciac, Nicolas Heredia proposera une “Visite de Groupe” un peu singulière, puisqu’il s’agira de visiter le groupe constitué pour l’occasion. Cocanha, duo féminin polyphonique en occitan sera sur la scène de l’Astrada le samedi soir, avant les acrobaties et mât chinois d’“Appuie-toi sur moi” le dimanche après-midi.

    Des ateliers de création visuelle seront également proposés par Valérie Voyer, Le PasQueBeau, et les plus jeunes pourront profiter de l’incroyable éco-manège à pédales “ Le petit Clapotis du grand Large” de la Cie les Gentils Coquelicots, tandis que leurs parents, installés sur le pédalo qui actionne le manège, feront travailler leurs gambettes au son de l’accordéon. De la joie, de la bonne humeur, l’idéal pour se dépoussiérer enfin de ces longs mois de traversée du désert de la culture.

    L’Astrada est devenue aujourd’hui une véritable référence tant nationale qu’internationale, grâce à l’enthousiasme des “Astradiens” qui ont su prouver que la décentralisation culturelle avait toute sa place sur un territoire majoritairement rural, et participait de plus à son dynamisme et son développement social et économique. Un sacré bel exemple à suivre…

    Informations sur le site internet de L'Astrada à Marciac – Gers

    Photos Francis Vernhet, Philippe Assalit, Amic Bedel, Cie les Gentils Coquelicots

    À lire aussi