INDEX

Le Sanctuaire de Lourdes repasse au vert

Le 17 Avr. 2019

Bonne nouvelle, le plus célèbre site de pèlerinage en France affichait régulièrement un déficit budgétaire dont il peinait à sortir. Il vient de retrouver une situation positive…

Rubriques :

Il aura fallu la nomination en avril 2017 de Guillaume de Vulpian au poste de directeur général pour redresser la barre en moins de deux ans. De deux millions d’euros de pertes en 2016, le résultat d’exploitation présenté en 2018 faisait état d’un gain de 200.000 euros.


Cet ancien cadre de Renault, qui a également travaillé en Autriche, s’est attaqué à la tâche sans plus attendre.

Tout comme pour une véritable entreprise, il a fallu miser sur les réductions des dépenses et l’augmentation des revenus pour cette imposante institution, nécessitant des fonds importants.

Première mesure mise en place : la création d’une centrale d’achat pour les services du Sanctuaire et les 800 fournisseurs différents. Un seul service en charge de ce budget a pu ainsi faire chuter rapidement les dépenses.

Deuxième point : renégocier les grands contrats, comme les assurances par exemple ou l’alimentation et la blanchisserie de la ciergerie. Là aussi, la facture s’en est trouvée considérablement réduite.


La masse salariale a également été revue à la baisse, avec des non-remplacements de départs à la retraite et quelques ruptures conventionnelles, accompagnés de réorganisation des services. Ce qui représente à l’arrivée l’équivalent de vingt temps plein.

En ce qui concerne les recettes, les offrandes des pèlerins ont pu être augmentées grâce à la création notamment de sept « chapelles de lumière », près de la grotte de Massabielle, qui leur permettent de déposer leurs cierges plus facilement que sur les anciens brûloirs. Leur participation aux pèlerinages a également doublé, passant de 1 à 2 euros.


L’avenir du Sanctuaire dépend également de sa capacité à accueillir les pèlerins. Un jardin de recueillement aménagé face à la grotte, la transformation des lieux d’hébergement en activité pastorale, et une offre numérique plus adaptée à la demande sont prévus pour la suite.

Des mesures efficaces donc, qui, accompagnées de vigilance, permettent au sanctuaire marial d’envisager dorénavant l’avenir plus sereinement.

Informations sur le site Internet – cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *