Abonnez-vous
Publié le

« Ambition Pyrénées » sélectionné comme territoire d’innovation

Bonne nouvelle pour le Béarn, le Pays Basque et la Bigorre qui vont profiter d’un soutien pour devenir leader dans les énergies renouvelables, à travers 20 grands projets…
INVEST PAU PYRENEES 1
Le premier ministre a dévoilé la liste des 24 « territoires d’innovation » sur lesquels l’État va miser 450 millions d’euros. Les Pyrénées sont bien de la partie.
  • Édouard Philippe a ainsi révélé quels projets territoriaux de transition énergétique, écologique et numérique bénéficieraient du grand plan d’investissement de l’État. Le programme « Ambition Pyrénées » sera soutenu à hauteur de 24 millions d’euros. On compte 5 autres lauréats dans le grand Sud-Ouest.

    Transition énergétique et environnementale, numérique, mobilité, agriculture, santé : les 24 projets qui se partageront l’enveloppe de 450 millions d’euros promise par le gouvernement pour l’opération « Territoires d’innovation » sont désormais connus. Ils étaient 48 candidats à postuler.

    Globalement, la géographie des projets retenus respecte un certain équilibre, quoique le centre de la France et l’extrême Sud-Est (Corse incluse) aient été un peu délaissés. Avec 2 projets chacun, les grands gagnants de l’annonce sont sans conteste les départements du Morbihan, de la Seine-Maritime et de la Drôme, où Édouard Philippe s’est rendu pour l’occasion.

    On peut dire que le quart Sud-Ouest est dans une bonne moyenne avec 6 projets retenus : d’un côté Occit@Num (agriculture numérique), Occitanie Littoral+ (« croissance bleue » et préservation du littoral) et Vilagil (projet porté par Toulouse Métropole et centré sur la mobilité) pour la région Occitanie ; et de l’autre « La Rochelle, territoire zéro carbone », VitiREV (transformation de la viticulture néo-aquitaine) et « Ambition Pyrénées » pour la Nouvelle-Aquitaine.

    Pyrénées : 20 projets, 118 millions d’investissements

    Bien entendu, tous les projets retenus ne sont pas de la même envergure et ne seront pas soutenus à la même hauteur. De ce point de vue, le plan pyrénéen, initié il y a déjà plusieurs années, sera plutôt bien loti, avec 24 millions d’euros de subventions et d’investissements, soit (en théorie) un peu plus du vingtième de l’enveloppe globale de ces « Territoires d’innovation ». Un soutien qui concerne les Pyrénées-Atlantiques et qui « ruissellera » sur les départements voisins, au premier rang desquels les Hautes-Pyrénées, déjà largement concernées.

    On rappelle que ce programme « Ambition Pyrénées » vise à « faire des Pyrénées un territoire leader des énergies renouvelables et de construire de nouveaux modèles agricoles pour une agriculture viable et durable en Béarn, Bigorre et Pays Basque ». Il reposera sur 118 millions d’euros d’investissements publics et privés et se structurera autour de 20 grandes actions dans les champs énergétique, agro-écologique et numérique.

    Parmi ces 20 actions très diverses, dont 18 sont menées par des entreprises de toutes les tailles, on peut déjà citer le développement et la production de panneaux solaires « 100% revalorisables » (projet porté par Armor, l’Agglo Pau Béarn et l’Université de Pau et des pays de l'Adour), la production d’hydrogène vert « à partir de notre formidable capital hydroélectrique » (Engie), la production et revente de biogaz à l’échelle de l’exploitation agricole (Gaz de Ferme), la réintroduction de la filière lin dans la région (Moutet), la production citoyenne d’énergies renouvelables (I-Ener), les solutions connectées pour sites isolés (Lean Connected) et enfin le projet de plateforme de services d’Euralis, de la Chambre d’Agriculture et de SFR.

    « Cette reconnaissance est un signe fort donné par le gouvernement à un territoire comme le nôtre, éloigné des grandes métropoles, mais qui est tout aussi capable d’imaginer et de bâtir des solutions aux enjeux du futur », s’est réjoui Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques, après l’annonce d’Édouard Philippe.

    On attend désormais la signature d’une convention pour avoir plus de précisions sur le programme et l’affectation des ressources.

    .

    À lire aussi